Histoires de Tsadikim

« Ce jeune homme devait mourir bien avant » – La réponse édifiante du Rav Kanievsky

Comment comprendre qu’un jeune ‘Bahour, doté de compétences et de qualités remarquables, ait été frappé par une terrible maladie alors qu’il entreprenait une démarche de Techouva ? La réponse bouleversante du Rav Kanievsky.

Cette histoire s’est déroulée il y a près de 20 ans.

Un jour, le Rav Barouk, qui dirigeait la Yechiva de Baalé Techouva « Netivot Olam » à Beni Brak, appela le Rav Michkovsky. Le Rav Barouk demanda alors au Rav Michkovsky de venir faire un Hesped (oraison funèbre) pour l’un des jeunes étudiants de la Yechiva qui venait de décéder des suites d’une maladie fulgurante.

« Il s’agit d’un Ba’hour issu d’une famille non pratiquante », expliqua le Rav Barouk, la voix emplie d’une profonde tristesse. « C’était un garçon exceptionnel, talentueux, dynamique, et doté de qualités remarquables. » Cela faisait moins d’un an que ce jeune homme avait intégré la Yechiva, et tandis qu’il s’épanouissait et progressait rapidement, il tomba soudain gravement malade, et quitta ce monde après de terribles souffrances.

« On m’a demandé de faire le Hesped de ce Ba’hour », raconte le Rav Michkovsky, « mais je n’avais absolument aucune idée de ce que je pourrai dire aux parents, qui étaient loin de la Torah et des Mitsvot. Comment leur expliquer ce qui venait de se passer ?! Ils devaient certainement se dire : ‘Nous avions un enfant merveilleux, voué à un brillant avenir et voilà que peu de temps après sa décision de faire Techouva et son entrée à la Yechiva, il est tombé malade et est décédé.’ Que pourrai-je bien dire à cette famille endeuillée ? »

« Je décidais alors d’aller demander conseil au Rav Haïm Kanievsky chlita. Arrivé chez lui, je lui racontai alors l’histoire tragique qui venait de se produire. Rabbi Haïm leva les yeux vers moi et me dit : « Les gens voient les choses à l’envers. Ce Ba’hour aurait dû quitter ce monde depuis longtemps mais Hakadoch Baroukh Hou savait que s’Il prolongeait sa vie, il ferait Techouva, c’est pourquoi, Il lui offrit quelques années supplémentaires. Effectivement, ce jeune homme a rejoint le chemin de la Torah et des Mitsvot, mais pour purifier son âme et lui permettre d’accéder au Olam Habba (Monde futur), Hakadoch Baroukh Hou lui a envoyé des souffrances, avant de le rappeler à Lui. Hachem a donné à ce Ba’hour l’opportunité de faire Techouva avant de quitter ce monde ! Voila ce que tu diras aux parents, » conclut Rav Kanievsky.

Le Rav Michkovsky quitta la maison du Rav Kanievsky encore plus embarrassé qu’il ne l’était à son arrivée. « Je connais la grandeur du Rav et je sais que ses paroles ne sont que vérité, pensa-t-il. Mais quelqu’un qui ne croit pas en D., quelle importance accordera-t-il à ces propos ?! » Rav Michkovsky décida alors de présenter le Rav Kanievsky à son auditoire, avant de répéter les paroles pleines de sagesse, qu’il avait prononcées.

Lorsqu’il eut terminé de parler, le Rav Noa’h Harats, qui avait assisté à l’enterrement, s’approcha de lui avec une émotion palpable : « Venez, dit-il à l’orateur, je vais vous présenter le père du Ba’hour ». Rav Michkovsky suivit son interlocuteur et le Rav Noa’h dit au père endeuillé : « Racontez-lui. »

Le père répéta alors au Rav Michkovsky ce qu’il avait raconté au Rav Noah avant le Hesped : « Avant de faire Techouva, mon fils servait dans l’armée. Un jour, son unité reçut l’ordre d’entrer en Syrie. Mon fils s’installa dans la première jeep de la file, mais quelques minutes avant le départ, le commandant, s’approcha de lui et se mit à crier : ‘Qui t’a dit de monter dans ce véhicule ? Descend immédiatement, et monte dans la deuxième jeep !’ Mon fils obéit et s’installa dans le 4×4 qui se trouvait garé juste derrière. A peine pénétrèrent-il sur le territoire syrien, qu’un missile tomba sur la première jeep, et tous ses occupants furent tués sur le coup. Mon fils avait miraculeusement été épargné… »

« Et bien, reprit Rav Noah, Rabbi Haïm sait de quoi il parle… »

Rav Michkovsky conclut cette incroyable histoire par une leçon de morale : « Parfois, nous posons un regard erroné sur la vie. Nous devons être persuadés que tout ce qui nous arrive, même s’il s’agit de situations difficiles et douloureuses, est pour notre bien, car Hachem n’est que bonté. »

Naama Green, adaptation française Elisheva Uzan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer