Histoires vécuesYom Kippour

Une histoire édifiante pour la veille de Kippour

Rav Haim Zaid, un conférencier renommé en Israël rapporte une segoula qu’il a entendu au nom de Rav Lopian zatzal le machgiah de Kfar Hassidim, que celui qui prend sur lui de se travailler sur un point particulier pendant la nouvelle année, ne serait-ce quelque chose de minime mais s'engage à s’y tenir toute l’année, il pourra formuler un vœu qui se réalisera lors de l’année.
Le rav rapporte une histoire extraordinaire à laquelle il a été mêlé. L’une de ses élèves âgée de 30 ans qui est célibataire est venue se plaindre à lui qu’elle n’était toujours pas mariée. Le rav lui recommanda alors la segoula de rav Lopian. La jeune fille se mit à réfléchir quelques instants et lança : « je suis prête à prendre sur moi d’étudier tous les jours une demi-heure de moussar » et elle lui a demandé quel livre étudier. Le rav lui a conseillé d’étudier le set de livre de rav Pinkous. Elle accepta.

Cinq mois plus tard le rav Zaid reçois un coup de fil de la jeune fille qui en pleurant lui raconte qu’elle a tenu sa promesse mais toujours pas de hatan en vue. Le rav quelque peu décontenancé va raconter l’histoire à son rav, rabbi David Habouhaseira, qui lui répond simplement que l’année n’est pas finie.

Sur ces paroles le rav rappelle la jeune fille et lui fait part des paroles du rav. La fille réconfortée se reprend et continue avec son engagement. Entre temps rav Zaid se rend en Suisse avec un groupe d’enfants atteint du cancer dans le but de profiter pleinement de l’air pur qui s’y trouve.
Une fois sur place ils montent dans un télésiège pour atteindre la montagne. Seulement il est possible d’y rester qu’une demi-heure vu le manque d’oxygène qu’il y a. Sur la montagne le rav reçois un coup de fil, et oui vous avez bien devinés de la fameuse jeune fille. Elle lui raconte une fois de plus qu’elle perdure avec son engagement qu’elle a même fini un livre supplémentaire le chaaré techouva mais la lumière au bout du tunnel n’est toujours pas visible. Le rav lui répond pour la énième fois que l’année n’est toujours pas termine. Dans le chemin du retour, assis dans l’avion le rav se retrouve assis à coté d’un jeune homme religieux. Ils sympathisent ensembles et le rav lui raconte ce qu’il a fait avec le groupe d’enfants.

Lorsque le jeune homme entend cela il dit au rav : « quoi, vous étiez dans cette montagne, ne m’en parlez pas »  rav Zaid lui demande la raison de sa réaction. Le jeune lui raconte qu’il s’est promené là-bas avec un groupe d’amis et une fois au sommet de la montagne le jeune homme s’est retrouvé seul. Ses amis étaient redescendus. Notre jeune homme réalise dans quelle situation il se trouve il se met à pleurer et à implorer Hachem : « je t’en supplie sauve-moi ». Quelques minutes plus tard il aperçoit des techniciens qui reviennent en télésiège pour réparer quelque chose, ce qui n’est jamais arrivé.

Le rav lui demanda par curiosité quel était son âge. Il lui répond qu’il a 28 ans et que c’est un cas perdu. Il lui raconte même qu’il a pris sur lui pour se marier de fixer tout au long de l’année une demi-heure de moussar dans le set de nefesh shimchon et qu’il a même terminé l’étude du chaaré techouva mais la délivrance ne s’est toujours pas pointé.
Le rav consterné s’exclame : « j’ai une proposition pour toi qui te correspond parfaitement et je serais le marieur ». Il lui donne les coordonnées de la jeune fille et à la jeune fille ceux du garçon. Ils se sont rencontrés une première fois. A l’heure où je vous parle ils se sont déjà revus une seconde fois et ils parlent déjà de mariage.
Voilà la force d’un engagement tenu.
 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer