Crise du Corona

Probable réouverture des classes de CP et CE1, à temps partiel

Le cabinet Corona, qui se réunira cet après-midi, étudiera la possibilité d’une réouverture des classes de CP et CE1 à temps partiel, dès la semaine prochaine. Les Ministères de la Santé et des Finances proposeront un plan de réouverture partielle des commerces dans le cadre de la prochaine étape de déconfinement.

Cet après-midi (dimanche), le cabinet Corona se réunira pour discuter de la mise en œuvre de la deuxième phase de déconfinement. La nuit dernière, Binyamin Netanyahu et un certain nombre de ministres semblent s’être mis d’accord sur une proposition de retour à temps partiel des élèves de CP et CE1 au sein des établissements scolaires, à partir de dimanche prochain, trois jours par semaine, dans des classes séparées. Dans le cadre de cette prochaine étape de sortie de confinement, les élèves de CE2 et CM1, qui ont commencé l’année scolaire sous forme de capsules, reprendront probablement l’école à temps plein.

Dans le même temps, les Ministères des Finances et de la Santé présenteront un plan, qui permettra un retour partiel de l’activité des commerces, à partir de dimanche prochain. Cela concerne notamment les marchés ouverts et les boutiques de rue, incluant, entre autres, les coiffeurs et les salons de beauté.

A l’approche de cette réunion, le Pr. Roni Gamzu, a rédigé et publié des recommandations, à l’issue d’une réunion qui s’est déroulée hier soir. En introduction, on peut y lire que «si les enfants semblent moins affectés par le virus, ils se contaminent et sont contagieux. Il est impératif de veiller à ce que les conditions de réouverture des écoles ne mettent en danger, ni les enfants, ni leurs familles, car les risques de contamination sont encore élevés».

Cependant, le Cabinet d’experts du Covid-19 a recommandé que «le Ministère de la Santé s’emploie à reprendre l’année scolaire des classes de CP au CM1 (Kita Alef à Dalet), dès la prochaine phase de déconfinement», dans les conditions définies lors de la précédente discussion et acceptées par le Ministère de la Santé. Parmi ces conditions: capsules pour les CP et CE1, pas de mélange entre les élèves et enseignants des différentes capsules durant les cours, les garderies et les navettes; et des tests de dépistage pour le personnel enseignant.

Selon le cabinet d’experts, dirigé par le professeur Ran Blitzer, les CE2 et CM1, pourront reprendre les cours dès la semaine prochaine. Les classes de CP et CE1 réouvriront la semaine prochaine et étudieront « à temps partiel et sous forme de capsules. »

D’après les experts, il est important que le ministère de l’Éducation, les autorités locales et le ministère de la Santé conjuguent leurs forces, afin de « garantir la mise en œuvre de solutions flexibles pour l’ouverture d’écoles déjà en phase 2, et de redoubler d’efforts pour adopter des schémas qui n’entraînent pas de coûts trop élevés. »

Concernant l’ouverture des commerces en phase 2, l’équipe d’experts a recommandé que « les services individuels, et notamment les centres et cabinets de médecine alternative, ouvrent leurs portes parallèlement à l’ouverture des CP et CE1, conformément au plan du Ministère de la Santé ». A ce stade, les magasins censés accueillir un public important, ainsi que les boutiques situées dans des centres commerciaux ou autres espaces fermés n’ouvriront pas leurs portes pour le moment.

En conclusion, les experts ont exposé trois principes essentiels, visant à lutter efficacement contre l’épidémie : le premier, consiste à limiter l’accès des centres de soin. « Ces restrictions doivent être appliquées avec fermeté et de manière égale et uniforme au sein de la population. Le non-respect de ce principe compromettra fatalement la capacité à atteindre un statu quo sur le long terme et risquerait d’entraîner une troisième vague, avec les conséquences que l’on connaît. »

Un autre principe mis en avant est la prévention des rassemblements dangereux, en renforçant l’application de la loi visant à empêcher les attroupements – lors des mariages, ou autres évènements se déroulant dans des espaces fermés, à l’encontre des directives gouvernementales. « Le non respect de ces restrictions compromet le succès du programme et ne devrait pas être accepté. »

Le troisième principe appelle à une compensation financière pour les entreprises : « Mieux vaut dédommager ces chefs d’entreprise et leur avouer clairement qu’ils n’ouvriront pas leurs portes dans les mois à venir, plutôt que de les laisser croire que cela sera possible lors de la prochaine phase de déconfinement prévue au milieu de l’hiver. »

Gabi Shneider

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer