Histoires de Tsadikim

C’est grâce à cela que son âme a été sauvée et n’est pas revenue en réincarnation !

« Je suis retourné au cimetière. Je me suis assis par terre près de la tombe toute fraîche et j’ai pleuré toute la nuit » Une édifiante histoire de pardon.

Ndt : Le Rav Réouven Karlinstein zatsal était un grand Rav et un grand orateur. Il a été un brillant disciple du Rav Chalom Shwadron zatsal dont il a acquis la façon d’enseigner et de transmettre les préceptes de notre sainte Torah par des histoires et des paraboles. Le Rav est décédé en 2013.

Le Rav Réouven Karlinstein était connu pour sa recherche constante de la paix. Pendant la semaine suivant le décès du Rav, un homme, venu visiter la famille endeuillée, a raconté l’histoire suivante, qui a bouleversé le cœur des personnes présentes.

« Deux hommes proches du Rav Karlinstein depuis leur jeunesse sont devenus avec le temps, associés. Ils ont brillamment réussi dans les affaires et se sont enrichis.

Après quelques années, l’un d’eux a fait une mauvaise affaire et a entrainé dans sa chute son associé en l’ayant fait signer toutes sortes de garanties et de contrats. Celui qui avait provoqué la faillite,  a rapidement vendu tous ses biens, et s’est enfui à l’étranger. Le second associé, entrainé malgré lui dans cette tourmente, a également été obligé de vendre sa maison ainsi que tout ce qu’il possédait. Il était totalement abattu et démuni. Il s’était juré de ne jamais pardonner à son associé l’affront et le mauvais coup qu’il lui avait fait.

Celui qui s’était enfui à l’étranger ne trouvait pas non plus le repos suite à cette affaire. Il n’a jamais véritablement réussi à s’en remettre et a malheureusement été frappé d’une maladie grave au foie. Les médecins ne lui accordaient pas plus de quelques mois à vivre.

Malade et à bout de forces, il prit contact avec tous les créanciers pour leur raconter la malheureuse tournure de sa situation. La voix tremblante, il leur demanda de lui pardonner et d’effacer ses dettes : « Il ne me reste que très peu de temps à vivre. Je vous supplie d’effacer ma dette ! » les implora t-il.

Les créanciers, miséricordieux, lui ont tous pardonné et ont effacé ses dettes. Tous, sauf un : son ancien associé. Il ne voulait rien entendre. La dette était trop grande. La douleur trop vive. Il avait trop souffert pour lui pardonner. 

Quelques semaines, plus tard, l’associé malade a finalement rendu son âme au Créateur. Le Rav Karlinstein, qui l’avait connu personnellement s’est rendu à l’enterrement. A la fin de la cérémonie, son ancien associé, qui s’était également rendu à l’enterrement, proposa au Rav de le raccompagner jusqu’à Bné Brak.

Sur le chemin, il lui expliqua : « Rav, savez-vous pourquoi je suis venu à l’enterrement ? Je voulais être sûr qu’on était bien en train de l’enterrer. Je n’y croyais pas au début. Maintenant que j’ai vu de mes propres yeux qu’il est sous terre, je suis plus calme… »

Le Rav Karlinstein était bouleversé d’entendre de telles paroles. Pendant la demi-heure que dura le trajet, il expliqua à son ami les souffrances que subit l’âme du défunt en se rendant face au tribunal divin lorsque la personne a utilisé l’argent des autres de façon inappropriée. « Tu n’as aucune idée de la tristesse et des souffrances que subit cette âme. Sur chaque centime qu’il n’a pas rendu et pour lequel tu ne lui pardonnes pas, il est jugé. L’âme revient en réincarnation pour la moindre petite pièce volée. » Le Rav continua de lui parler et de lui expliquer qu’il y avait également des jugements célestes émis contre lui du fait qu’il ne lui pardonnait pas. Il parla abondamment des difficultés et des punitions décrétées sur cette âme à cause de ses méfaits.

Mais l’associé était intraitable. « Je suis incapable de lui pardonner ! Je ne peux pas ! » Rav Réouven lui répondit : « N’y pense pas aujourd’hui. Demain, va poser la question à d’autres Rabbanim. Ne décide pas seul. »

Arrivés à destination, le Rav remercia son ami pour le trajet, et a priori l’histoire se termine ici.

Ce n’est que des années plus tard, lors de la semaine de deuil du Rav Karlinstein que la suite de l’histoire a été dévoilée. L’homme venu raconter ce qu’il s’est passé ensuite n’était autre que le fils du défunt associé.

« Le lendemain de l’enterrement de mon père, son ex-associé est venu nous rendre visite. L’un de mes frères a quitté le salon car il croyait que ce dernier était venu pour régler des comptes. Mais il s’est tenu face à nous dans le salon et nous a dit : « Rabotaï, hier soir après l’enterrement de votre père, j’ai reconduit le Rav Karlinstein à son domicile. Il m’a expliqué à quel point l’âme du défunt souffre après sa mort. Je suis retourné au cimetière et je me suis assis par terre, à l’endroit où il a été enterré, sur la terre encore fraîche. J’ai pleuré toute la nuit. A l’aube, j’ai dit au défunt : ‘’Je te pardonne pour tout ce que tu m’as fait. Je te pardonne. Je te pardonne. Je te pardonne.’’ Je voulais juste que vous sachiez que j’ai tout pardonné… » 

Le Rav Karlinstein n’a jamais su que ses paroles avaient porté ses fruits. Il a fait ce qu’il avait à faire. Il avait parlé du plus profond de son cœur et avec une immense crainte du Ciel. « Car toute personne qui parle avec la crainte du Ciel mérite que ses paroles soient écoutées », Rav Réouven a permis à une âme juive de ne pas revenir en réincarnation et d’éviter ainsi d’innombrables souffrances.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer