Education/Parents et enfants

Pourquoi ma fille n’aime pas m’aider ?

Certes, ce n’est pas vraiment de sa faute… Elle me dit qu’elle a mal au ventre, qu’elle est fatiguée… Je dois toujours attendre qu’elle finisse de se préparer, alors que je suis déjà devant la porte, prête à sortir… Il faut bien l’avouer. Ça m’agace !

Vous êtes en pleine conversation téléphonique avec votre soeur ou votre amie, lorsque votre enfant vous appelle depuis les toilettes :« Maman tu peux venir m’essuyer ? » C’est énervant ! « Pourquoi faut-il qu’il me dérange juste maintenant ? », soupirez-vous.

Certes, ce n’est pas de sa faute s’il a eu besoin d’aller aux toilettes pendant que vous parliez au téléphone, mais tout de même, cela vous agace, n’est-ce pas ?

* * *

C’est le matin. Vous vous dépêchez de finir de vous préparer pour ne pas être en retard au travail, mais voilà que juste avant de sortir, votre adorable fillette a soudain mal au ventre, vomit le lait au chocolat qu’elle vient de boire et salit les beaux vêtements qu’elle porte.

Il n’y a aucune raison de lui en vouloir. Là encore, ce n’est pas de sa faute. Elle ne l’a pas fait exprès. Mais c’est plus fort que vous. Ça vous énerve !

Dès lors qu’un imprévu vous oblige à interrompre ce que vous étiez en train de faire – à plus forte raison s’il s’agissait de quelque chose de sympathique – cela vous agace, n’est-ce pas ?

Si vous aviez pu prévoir cet évènement, vous vous y seriez préparée et tout aurait été bien plus simple…

* * *

Et bien c’est exactement ce que ressent votre enfant lorsqu’il est en train de jouer aux légos et que vous lui dites, avec douceur : « Ma chérie, range tes jouets. C’est le moment de prendre une douche. »

Mais votre fille se met tout à coup à pleurer : « Non ! Je ne veux pas ! Je veux continuer à jouer ! Je dois finir de construire ma maison. »

Vous saviez que ça arriverait. Vous vous mettez à crier et à le menacer : « Si tu ne te lèves pas immédiatement, tu ne joueras pas aux légos demain ! Et tu n’auras pas de lait au chocolat et…. »

C’est aussi ce que ressent votre enfant, lorsqu’il est en train de lire un livre à suspens qui lui plaît beaucoup, et que vous lui dites : « Shirel chérie, va faire la vaisselle s’il te plaît. C’est ton tour. »

Bien entendu, cette « petite qui n’en fait qu’à sa tête », refuse : « Pas maintenant. Pourquoi tu m’interromps en pleine lecture ? (C’est qu’elle est « insolente » en plus !) Je déteste faire la vaisselle. En plus ce n’est pas mon tour, c’est celui de ‘Hani parce qu’hier tu l’en as dispensée parce qu’elle devait réviser son contrôle… »

Et une discussion sévère s’engage.

Vous vous mettez en colère contre elle et vous lui promettez que puisqu’elle refuse de faire ce qu’on lui demande, vous aussi ferez la sourde oreille lorsqu’elle vous demandera de lui acheter quelque chose. Ça lui apprendra… Vous n’oubliez pas de rappeler que vous en informerez son père dès qu’il rentrera du travail, non mais !

Tout cela aurait pu être évité si vous vous y étiez préparée.

De quelle façon ?

En exprimant de manière claire et précise avec calme et douceur, ce que vous attendez d’elle. Mais (car il y a un mais) – en lui laissant le temps, en lui donnant une sorte de deadline, en lui faisant sentir que vous comptez sur elle. Ne donnez pas d’instructions en espérant qu’elle les accomplisse dans l’immédiat. Rappelez-vous ce que cela fait d’être interrompue au milieu d’une conversation téléphonique.

Accordez à votre enfant en bas-âge suffisamment de temps pour qu’il se « sépare » de ses légos avec lesquels il s’amusait si bien.

Vous voulez savoir comment faire ? C’est très simple.

Prévoyez des moments spécifiques à chaque chose : les douches, la vaisselle, le coucher etc.

Approchez-vous de votre enfant et dites-lui : « Mon chéri, dans dix minutes, on range les légos, et on va se doucher », et laissez-le. Une fois ce temps écoulé, revenez le voir et dite-lui : « Ca y est mon chéri, dix minutes sont passées. Ramasse tes légos s’il te plaît. »

Approchez-vous de votre fille et dites-lui :« Shirel ma chérie, je voudrais que la vaisselle soit faite avant 16:00. N’oublie pas. » Ou encore : « Shirel, je voudrais que dans un quart d’heure tu te lèves pour faire la vaisselle, ensuite tu pourras continuer à lire. »

Comme beaucoup de mamans, vous pensez que vos enfants détestent vous aider, et n’aiment pas ranger leurs jouets. Dès que vous leur demandez de l’aide, ils refusent et se plaignent que vous les sollicitiez souvent.

Je vous crois.

Mais à présent, vous comprenez pourquoi ils réagissent de cette façon. Vous en doutez ?

Essayez et vous verrez.

Sachez que lorsque vous demandez quelque chose à votre enfant, vous le mettez dans un dilemme : d’un côté, il veut vous écouter et vous faire plaisir, mais de l’autre, il ne veut pas interrompre son activité, et c’est légitime.

Parfois, vous demandez à votre enfant de faire quelque chose dont il est tout bonnement incapable. Pensez-y…

La plupart des enfants veulent obéir à leurs parents, les satisfaire et leur montrer qu’ils sont disciplinés.

Chère maman,

Avec le temps, (et beaucoup de prières), vous apprendrez à trouver l’équilibre entre vos exigences et les désirs de vos enfants.

Behatslakha !

Yokhi Dene’hi, adaptation française Elisheva Uzan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer