Elloul

6 idées simples pour se renforcer durant le mois de Elloul

Elloul est l’acronyme de: « Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi. » D’après le Cantique des Cantiques, le “je” fait référence à toutes les composantes de mon existence – mes pensées, mes désirs, mes actions… Tout ce qui fait partie de mon être doit être entièrement dirigé vers Hachem. Même si “je” ressens l’envie de faire du Lachon Hara, ou que “je” veux rester au lit plutôt que de faire ma Tefila, je dois m’efforcer de me plier à la volonté de “mon bien-aimé” qui n’est autre que le Créateur du monde, qui nous chérit plus que tout. Si j’agis de la sorte, je peux avoir l’assurance que “mon bien-aimé est à moi” – c’est à dire qu’Hakadoch Baroukh Hou me comblera de ses bénédictions tout au long de l’année.

Durant le mois d’Elloul, tout celui qui aspire au repentir bénéficiera d’une aide divine – à condition que ce désir se traduise par un acte. Voici quelques points sur lesquels il convient de se renforcer pendant le mois d’Elloul.

1. Lire le Chéma Israël avec concentration : Dans le livre « Alé Chour”, il est expliqué que durant le mois d’Elloul, nous devons nous préparer au jour du couronnement d’Hachem, qui a lieu durant Roch Hachana. En récitant le Chéma Israël avec concentration, nous manifestons notre acceptation du joug divin.

2. Répondre “Amen Yéhé Chémé Raba” avec ferveur : Nos sages de mémoire bénie écrivent que “tout celui qui répond Amen Yéhé Chémé Raba de toutes ses forces, les portes du Gan Eden s’ouvrent devant lui.” Rachi interprète l’expression “de toutes ses forces” par “avec ferveur et à voix haute.” “Amen Yéhé Chémé Raba”, est une prière à travers laquelle nous exprimons notre désir de voir la royauté d’Hachem se dévoiler aux yeux du monde entier. Dans son livre “Alé Chour”, le Rav Wolbe explique qu’il serait bon de penser à cette idée au moins deux fois par jour lorsque nous répondons au Kaddich : une fois dans la prière de Cha’harit, avant Barékhou, et une fois avant la Amida de Min’ha et Arvit. 

3. Se renforcer dans la Mitsva d’aimer son prochain : Sur la porte du Beit Hamidrach de Kelem, on pouvait lire l’affiche suivante durant tout le mois de Elloul : “Ainsi enseignent nos Sages : ‘Dites devant moi des Malkhouyot (bénédictions évoquant la Royauté Divine) afin d’accepter ma souveraineté sur vous.’ Or, la royauté n’est effective que si tous les sujets du Roi la clament à l’unisson.  C’est pourquoi, avant le jour du jugement, nous devons redoubler d’effort dans la Mitsva “d’aimer son prochain comme soi-même” et nous unir afin de proclamer d’une seule voix la royauté divine, “comme un seul homme, avec un seul coeur”. De cette manière, Hachem nous accordera une bonne année.”.

4. Veiller au respect scrupuleux du Chabbat : Nos Sages enseignent que “tout celui qui se montre rigoureux et empressé dans l’observance du Chabbat, en respectant tous les détails de la Halakha, même s’il est impie et sert les idoles comme à l’époque de Enoch, ses fautes lui seront pardonnées.” Certaines actions, relativement simples, procurent de nombreux mérites :

 – Allumer les bougies de Chabbat en respectant l’heure indiquée sur le calendrier

– Ne pas entreprendre de mélakhot (de travail) 10 min avant l’entrée de Chabbat

– Éteindre la lumière du réfrigérateur avant Chabbat

– Éviter les discussions vaines durant le Chabbat

– Étudier les lois relatives au Chabbat etc.

5. Éviter la médisance : Il est vivement conseillé d’étudier chaque jour deux Halakhot du Lachon Hara dans le livre du Hafets Haïm. Dans un premier temps, il est possible de définir un créneau horaire durant lequel nous ne prononcerons pas de Lachon Hara. On élargira cette durée de manière progressive, jusqu’à perdre l’habitude de dire du mal d’autrui.

6. Veiller à ne pas voler : La Torah considère le vol comme l’une des fautes les plus graves. Ainsi, malgré les innombrables péchés commis par la génération du déluge, c’est à cause du vol que leur décret fut scellé. On sera donc extrêmement vigilent à ne pas commettre tout acte s’apparentant à du vol en veillant notamment à rembourser les prêts contractés auprès de nos voisins, amis ou parents.

7. Prononcer 100 bénédictions par jour :  A l’époque de David Hamelekh, une terrible épidémie s’abbatit sur le peuple juif. Chaque jour, cent personnes décédaient. Pour mettre fin à ce malheur, David Hamelekh institua la récitation de 100 bénédictions quotidiennes. 

Yonatah Halévi – Traduction et adaptation française Elisheva Uzan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer