Vezot Haberakha

Vezot Haberakha. – Rien ne résiste à la volonté ! Par la Rabbanit Révital Tsadok

A l’instar d’un père aimant qui se sépare de ses enfants, Moché Rabbénou console et encourage tout un chacun avant de quitter ce monde.

La Paracha »Vezot Haberakha », relate la façon dont Moché Rabbenou, homme de Dieu, bénit les enfants d’Israël avant de quitter ce monde. Il s’adressa de façon spécifique à chacune des douze tribus d’Israël, faisant ainsi écho aux bénédictions que Yaacov prononça cinq générations plus tôt, peu de temps avant sa mort.

Moché attribue à chacun le rôle particulier qu’il occupe au sein de la communauté d’Israël. Ici, il n’est plus le législateur qui commande, ni le prophète qui menace. A l’instar d’un père aimant qui se sépare de ses enfants, il console et encourage tout un chacun avant de quitter ce monde. Si Yaacov avait refusé de bénir son fils aîné Réouven à cause du comportement blâmable qu’il avait eu à son égard, Moché Rabbenou quant à lui, bénit toutes les tribus d’Israël. Son discours vient tempérer les remontrances et avertissements faits au peuple dans la Paracha précédente. 

Les commentateurs décrivent la mort de Moché, comme il est écrit: « Et Moche le serviteur d’Hachem mourut dans la terre de Moab, sur l’ordre de Hachem et nul n’a connu son tombeau jusqu’à ce jour ».

La Torah conclut en attestant  qu’« il ne s’est plus levé en Israël de prophète tel que Moché ».

Moché a tissé une relation particulière avec Hachem. Il fut le seul homme sur terre à avoir le mérite de s’entretenir avec Lui “Panim El Panim”, “face à face”, à la manière dont un homme discuterait avec son prochain, précise encore Rachi. Comment a-t-il fait pour parvenir à atteindre un tel niveau ? C’est sa foi parfaite en D.ieu, et son désir d’obéir à la volonté divine quels que soient les efforts à fournir qui l’ont propulsé vers de tels sommets spirituels. 

Nos Sages – et notamment Rabbi Nahman – expliquent que Moche ayant grandi dans le palais du Pharaon, où régnait l’idolâtrie, a réussi par la force de sa volonté à surmonter les difficultés et les tentations et est arrivé au « Ratson Chebaretsonots » (“la volonté des volontés »), c’est à dire, au plus haut niveau qu’un homme peut atteindre dans sa volonté.

Nous apprenons de là que chacun d’entre nous est capable d’accomplir la volonté divine, quels que soient les obstacles et difficultés auxquels il est confronté. Dès lors qu’il “veut” obéir à Hachem, même le mauvais penchant ne peut l’empêcher d’agir. Si nous étions aussi obéissants que le Yetser Hara, nous serions tous des Tsadikim, des justes. Car nous avons tendance à oublier qu’il est lui aussi, un envoyé d’Hachem qui s’efforce d’accomplir de son mieux la mission qui lui a été attribuée.

Alors n’oublions jamais : “Rien ne résiste à la volonté !” 

Que nous ayons tous le mérite de servir Hachem dans la joie. Amen !

Rabbanit Révital Tsadok – Pour l’élévation de l’âme de ma mère Marie Myriam Bat Massaouda z »l

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer