Vaethanan

Vaethanan. Un conseil pour faire face au mauvais penchant

« Ces paroles-ci, que Je t’ordonne aujourd’hui, seront gravées sur ton cœur » (Dévarim 6,6)

Dans l’ouvrage Ahavat ‘Hessed (dans les annotations du chap.1), le ‘Hafets ‘Hayim rapporte au nom d’un grand maître que tout homme doit s’efforcer d’avoir en permanence à l’esprit les trois pensées suivantes : 1. Il ne lui reste plus qu’un seul jour à vivre. 2. Il n’a, pour toute obligation, qu’à étudier une seule page de Guémara ou un seul chapitre de michnayot, ceux dans lesquels il se trouve actuellement absorbé. 3. Il est l’unique personne au monde tenue d’étudier la Tora, et c’est donc sur ses seules épaules que repose la Création.

Ces quelques réflexions le stimuleront considérablement dans son étude et son service divin. En effet, à l’idée de savoir qu’il ne lui reste plus qu’un seul jour à vivre, il s’efforcera de se repentir de tout son cœur le jour même, sans remettre la chose au lendemain. En bornant ses obligations à une seule page ou à un seul chapitre, il focalisera toute son attention sur cette étude et évitera ainsi le piège de la paresse. Grâce à ce conseil, le mauvais penchant ne pourra plus le décourager en lui soufflant à l’oreille que de toute manière, il n’arrivera jamais à finir l’étude de ce long traité. Enfin, par la troisième réflexion, il éludera l’idée selon laquelle son étude n’a que peu d’intérêt du fait que, de toute façon, bien d’autres personnes étudient sûrement mieux que lui et avec davantage d’assiduité.

Ces différentes réflexions sont en vérité contenues dans cet enseignement talmudique : « Tout homme est tenu de se dire : “C’est pour moi que le monde fut créé !“ » (Sanhédrin 37a). En effet, l’équilibre du monde est parfois extrêmement précaire, notamment lorsque le nombre des mitsvot et celui des fautes sont exactement égaux. Il suffirait donc qu’un seul péché soit commis pour que l’univers entier s’effondre…Tout ceci apparaît également dans les versets du premier chapitre du Chéma’ : « Tu aimeras l’Eternel ton D.ieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tous tes moyens. » Or comment y parvient-on ? Le verset poursuit : « Ces paroles-ci » – ces concepts que tu es en train d’étudier, « que Je t’ordonne » – imagine-toi que Je ne les ordonne qu’à toi seul, « aujourd’hui » – considère qu’aujourd’hui est le seul jour dont tu disposes pour réaliser ton devoir, « seront gravées sur ton cœur » : ces trois pensées devront remplir ton cœur, et tu trouveras alors la réussite.

Cet extrait est issu du livre « Lekah Tov » publié par les éditions Jérusalem Publications, avec leur aimable autorisation. Tous droits réservés.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer