ElloulLe coin des femmes

Rabbanite Haguit Chira : Le mois d’Elloul – Tout reprendre à zéro. Pour de bon.

Après le passage d’un navire, à peine quelques minutes plus tard, il ne reste plus aucun signe de son passage. Personne ne sait quel navire est passé par là ! Et bien la Téchouva, le repentir, c’est exactement la même chose.

Pendant le mois d’Elloul, si nous arrivons à baisser la tête, alors toute l’année nouvelle nous aurons la tête bien levée. Un seul mois dans l’année, faisons cet effort de nous incliner…

Penchons-nous un peu vers notre « sac », vers le dossier de notre vie… Enfouissons nos têtes bien profondément dans tout ce qui jonche notre vie. Et faisons-le nous-mêmes ! N’attendons pas que, du Ciel, on fouille dans notre sac.

Je me souviens d’une période durant laquelle une de mes filles ne mangeait que très peu le goûter que je lui donnais pour l’école. Dans son cartable, il y avait une poche réservée à la nourriture.

Un jour j’ai ouvert la pochette et horreur… quelle odeur ! J’étais en colère ! Une odeur pestilentielle de pourriture avait envahi mes narines. Heureusement que c’était moi, sa mère, qui avait ouvert son sac et non l’enseignante… Qu’aurait-elle pensé ?

C’est pareil pour notre vie. A quoi ressemble notre « sac » ? Si nous ouvrons la fermeture, cela ne sera peut-être pas très agréable à voir. Mais il vaut mieux que ce soit nous qui l’ouvrions et fassions le vide. N’attendons pas que le Ciel le fasse à notre place le jour de Roch Hachana, le jour du jugement.

Nous sommes à présent entrés dans le mois d’Elloul : c’est l’occasion d’ouvrir notre sac, de faire une introspection. De remercier. Et de ne pas rejeter la responsabilité sur les autres.

Nous devons parler avec Hachem et avouer : « Hachem, oui c’est moi. J’ai honte d’avoir agi ainsi. Pardonne-moi ! » Et le Saint béni soit-Il, en entendant de telles paroles s’emplit de miséricorde et nous pardonne.

Mais si nous nous dégageons de notre responsabilité, si nous n’avouons pas être dans l’erreur et rejetons la faute sur nos enfants, sur notre mari, sur notre belle-sœur, sur la voisine, sur l’Etat, sur la génération… Que va dire Hachem à notre sujet ?

N’ayons pas honte d’avouer clairement et de reconnaitre la vérité. Ezra le scribe, qui était aussi pesé et réfléchi que Moché Rabbénou disait : « Mon D. j’éprouve de la honte et de la confusion à élever ma face vers Toi, ô mon D. car nos fautes se sont multipliées jusqu’à nous submerger et nos torts sont si grands qu’ils atteignent le Ciel » (Ezra 9, 6)

Si Ezra le scribe s’est exprimé ainsi alors, nous, que devons-nous dire ?

Alors allons-y c’est le moment ! Vidons notre sac, faisons le propre ! Sortons tout ! Parlons avec Hachem. « Maître du monde, je ne me suis pas conduite correctement mais je vais tenter de réparer cette erreur. »

Lorsque le Saint-béni soit-Il verra notre sentiment profond, lorsqu’Il verra que  nous avons réellement cherché à nous nettoyer, à faire Téchouva et à réparer nos actions, Il transformera alors nos fautes en mérites.

Ce nettoyage que nous effectuons nous lave et nous purifie. Nous devenons une nouvelle personne.

Nouvelle à quel point ? Quelle est la force de la Téchouva ? Le Ari Hakadoch nous enseigne : « Tel un navire en mer… » Lorsqu’un bateau navigue sur les flots, est-il en train de creuser un chemin ? Non ! Laisse t-il des traces ? Non !

Après le passage d’un navire, à peine quelques minutes plus tard, il ne reste plus aucun signe de son passage. Personne ne sait quel navire est passé par là ! Et bien la Téchouva, le repentir, c’est exactement la même chose. Lorsqu’un juif fait Téchouva, il est comme neuf. Comme s’il n’avait jamais fauté de sa vie ! C’est cela la force de la Téchouva : nous rendre propre comme des sous neufs !

Et Hachem attend tellement notre Téchouva !

Eliahou Hanavi nous dit : « Je témoigne que Le Saint-béni-soit-Il attend (la Téchouva d’Israël) bien plus qu’un père attend son fils ou qu’une épouse attend son mari ».

Souvenons-nous que Hachem ne souhaite que de nous accorder une bonne année ! Faisons tout pour être inscrits dans le livre de la vie ! Faisons un pas vers le changement ! La voie nous est ouverte. Prions, récitons des Psaumes, faisons Téchouva et versons des larmes. Nous pourrons ainsi espérer une bonne année avec l’aide d’Hachem.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer