Moussar/Travail des Midot

Comment se débarrasser définitivement de la colère ? Une histoire édifiante sur la Emouna

Vois-tu le juif qui est installé là-bas ? », lui demanda-t-il en désignant le ‘Hassid. « Je souhaite que tu t’asseyes près de lui et que tu l’ennuies pendant une heure. Fais tout ce que tu peux pour le mettre en colère. »

Un jour, un ‘Hassid se rendit auprès de l’un des maîtres de la génération et lui avoua honteusement :

« Je suis quelqu’un de très coléreux. La moindre petite contrariété me fait perdre mes moyens. Ma femme et mes enfants ont de plus en plus de mal à me supporter, et je les comprends », dit-il. « Rav, j’ai besoin de votre aide. Comment faire pour maîtriser la tempête qui gronde en moi, comment retenir la rage qui me dévore ? »

Le Rav écouta attentivement les confessions de son interlocuteur, salua la démarche de cet homme qui souhaitait visiblement s’améliorer et lui dit enfin :

« Va t’installer dans la salle d’attente. Je te rappellerai d’ici une petite heure ».

Le ‘Hassid le remercia et s’assit sur l’une des chaises de la petite salle attenante au bureau du Rav.

Pendant ce temps, le Rav appela son Chamach et lui fit une requête étonnante : « Vois-tu le juif qui est installé là-bas ? », lui demanda-t-il en désignant le ‘Hassid. « Je souhaite que tu t’asseyes près de lui et que tu l’ennuies pendant une heure. Fais tout ce que tu peux pour le mettre en colère. »

La porte du bureau du Rav était ouverte, et ce dernier avait parlé suffisamment fort pour que le ‘Hassid entende ce qu’il disait à son Chamach.

Surpris par cette demande pour le moins étrange, le Chamach ne posa toutefois pas de question, et entrepris d’accomplir soigneusement la mission qui lui avait été confiée. Il prit place près du ‘Hassid, et commença à l’ennuyer. Il se mit d’abord à chanter à tue-tête, lui arracha le livre qu’il tenait dans les mains, lui posa une multitude de questions, s’essuya les mains sur sa veste… Bref, il fit tout ce qu’il put pour que ce juif sorte littéralement de ses gonds. Mais au lieu de se mettre en colère, le ‘Hassid restait parfaitement calme. Chaque fois que le Chamach faisait une nouvelle tentative pour l’énerver, le juif souriait.

Au bout d’une heure de taquineries incessantes, le Rav fit appeler le ‘Hassid dans son bureau.

« Je suis impressionné », avoua-t-il. « Voilà une heure que mon Chamach te maltraite, et tu as réussi à garder ton calme ! Pourquoi dis-tu que tu es coléreux ? »

Le ‘Hassid répondit en souriant :

« C’est que j’ai entendu ce que vous avez dit à votre Chamach. Je sais qu’il a agi sous vos ordres, c’est pour cela que je ne me suis pas mis en colère. »

« Souviens-toi », lui dit alors le Rav, « qu’à chaque instant, Hachem aussi te teste. Toutes ces choses qui te mettent en colère ne sont que des épreuves. Si tu gardes cela en tête, tu ne te mettras plus jamais en colère. Tu seras calme et souriant en toutes circonstances, comme tu l’as été ici. »

La colère est l’expression d’un manque de Emouna. Celui qui est convaincu que tout ce qui lui arrive provient d’Hachem, réussira à se débarrasser de ce mauvais trait de caractère.

Alors, n’oubliez pas, restez calme !

Tiré du livre Hinéni Beyadekha, adaptation française Elisheva Uzan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer