Education/Parents et enfants

AIMER SON ENFANT D’UN AMOUR INCONDITIONNEL

Nous avons déjà évoqué la responsabilité des parents de transmettre la Torah à leurs enfants et, avec cela, leur devoir de les couvrir d’amour et d’affection afin que ceux-ci désirent suivre le chemin tracé par leur parents. Certes, cet amour éclot spontanément du cœur du parent lorsque son enfant lui procure beaucoup de satisfaction, lorsqu’il est obéissant, qu’il a du talent et de bonnes qualités. Mais que fera le parent lorsqu’il est confronté à un enfant difficile, à des mauvais traits de caractère, ou encore qui est doté d’une nature totalement opposée à celle de ses parents ? Peut-on vraiment arriver à prodiguer à un tel enfant un amour inconditionnel ?!
 
Et bien la Torah nous parle de cette situation par le biais de Rivka, notre Matriarche. En effet, elle fut confrontée à la douloureuse épreuve de voir son fils abandonner totalement le chemin de la Torah, et plus encore. Essav était un fils fourvoyé et méchant. Observons donc son attitude envers lui et inspirons-nous-en.
 
Bien que Rivka connaissait parfaitement la mauvaise nature et les actions indignes de son fils Essav, nous voyons qu’elle continuait toutefois à le considérer avec respect, comme le précise le verset (Toldot 27 : 15) : « Rivka prit les plus beaux habits d’Essav, son fils aîné »
De plus, la Torah cite Rivka comme étant « la mère de Yaacov et de Essav » (Toldot 28 :5) afin de nous apprendre qu’elle entretenait les mêmes relations avec ses deux fils, pour lesquels elle manifestait le même amour.
Enfin, nous trouvons une autre preuve de l’amour inconditionnel qu’elle portait à son fils Essav dans le verset où elle conseille à Yaacov de le fuir (Toldot 27 : 45), le suppliant ainsi : « … Pourquoi porterais-je le deuil de vous deux le même jour ? » L’amour de Rivka était si grand envers son fils dévoyé, qu’elle le comparait à celui qu’elle portait à Yaacov, le Tsadik, utilisant le terme « vous deux » !
 
Rivka, « la mère de Yaacov et de Essav », nous apprend ainsi que tout parent a le devoir d’aimer et de manifester son affection à ses enfants, quelle que soit leur nature et quels que soient leurs actes. C’est Hakadoch Baroukh Hou qui leur a confié cette âme, ils sont associés à Lui dans son éducation et doivent pour cela investir toute leur énergie dans l’éducation de cet enfant, sans rien attendre en retour. Ce ne sont pas leurs sentiments de colère, de déception ou de honte qui doivent les guider, mais bien l’amour inné que Hachem a insufflé en eux afin qu’ils réalisent au mieux leur rôle de parent.
 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer