Crise du Corona

Bar-Mitsva à l’ombre du Corona : Le surprenant conseil du Roch Yéchivat Slabodka va aussi vous étonner…

Il était déjà tard dans la soirée quand le téléphone a sonné avec en ligne… nul autre que le Roch Yéchiva lui-même, Rav Moché Hillel Hirsch ! Et voici mot pour mot la réponse qu’il nous a donnée…

Les parents d’un jeune Bar-Mitsva ont soumis une question par fax au Rav Moché Hillel Hirsch, Roch Yéchivat Slabodka et racontent :

« Notre fils sera Bar-Mitsva après le 9 Av. En raison de la nouvelle propagation du Corona, mon épouse et moi-même avons eu peur qu’il se rende à la synagogue ou au Talmud-Torah en raison du risque de contamination. Dans notre quartier, presque tous les jours il y a une classe qui ferme du fait d’un élève ayant contracté le virus. Outre le fait que nous avons peur qu’il contracte le virus et ne tombe malade, nous redoutons qu’il doive rester confiné les 14 jours nécessaires à l’incubation et qu’ainsi, il ne puisse célébrer et fêter ce grand jour comme il se doit.

Nous avons beaucoup hésité et nous n’arrivions pas à nous mettre d’accord. L’envoyer étudier comme d’habitude ou ne pas l’envoyer ? Le laisser prier à la synagogue ou non (il vient de commencer à mettre les Téfiline*) ? Bien entendu, tout cela en respectant vigoureusement les directives de santé et d’éloignement tels que le masque et les distances. »

 « Le lendemain soir, à une heure tardive, le téléphone a sonné avec en ligne… nul autre que le Roch Yéchiva lui-même, Rav Moché Hillel Hirsch ! Et voici mot pour mot la réponse qu’il nous a donnée :

« J’ai lu votre lettre et je pense que votre épouse a raison. Les deux semaines précédant la fête, qu’il n’aille ni étudier au Talmud-Torah et qu’il ne se rende en aucun cas dans une synagogue ! »

« Mais Rav ! Annuler son étude pendant deux semaines ? Même si nous essayons de le faire étudier à la maison, cela ne sera pas pareil. Tout le rythme d’étude sera perdu et cela sera difficile ! »

« Si tu penses au niveau spirituel de ton fils, sache que s’il lui arrive la moindre petite chose, et que la fête doive être annulée ou déplacée, la peine et la tristesse que ressentira ton fils sera un tribut bien plus lourd à payer pour son élévation spirituelle.

Si vous voulez suivre mon conseil, n’envoyez en aucun cas votre enfant au Talmud Torah et qu’il ne mette pas les pieds dans une synagogue » a conclu le Rav.

Rappelons ici que cela reste un conseil donné dans ce cas spécifique et que l’on ne peut pas en faire une généralité.

Néanmoins, nous en tirons une leçon mémorable !  Ô combien est profonde la vision de nos grands de la Torah !  Ô combien leur âme est sensible et à l’écoute des sentiments d’un jeune Bar-Mitsva ! 

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer