Yom Kippour

Rabbanit ‘Haguit Chira : 10 conseils pour les 10 jours de pénitence

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les 10 jours de pénitence revêtent une telle importance dans le judaïsme ? La Rabbanit Chira nous dévoile la force que renferment ces jours si particuliers et nous livre 10 conseils précieux pour les exploiter au mieux.

Un jour, le ‘Hafets ‘Haïm entra dans une épicerie. Il s’enquit de la santé du vendeur et lui demanda si les affaires allaient bon train. Le commerçant soupira : « C’est une catastrophe ! Les clients trouvent toujours quelque chose à redire sur la qualité de mon blé : il est infesté, trop foncé, pas assez frais…, me disent-ils. Finalement, ils n’achètent qu’une centaine de grammes et en plus, ils négocient le prix ! Non, ce n’est vraiment pas facile en ce moment ! » Le ‘Hafets ‘Haïm fut très peiné d’entendre les déboires de ce pauvre marchand. Il le bénit et sortit de sa boutique.

Quelques années plus tard, alors que la guerre avait éclaté, le ‘Hafets ‘Haïm pénétra de nouveau dans cette épicerie. Cette fois encore, il demanda au vendeur : « Comment allez-vous, et comment vont les affaires ? » Cette fois-ci, le marchand arbora un large sourire et répondit gaiement : « Ce n’est pas très joli de dire cela, mais je dois avouer que la guerre m’a fait du bien. La demande est plus importante que jamais, et les gens se jettent sur mes marchandises, sans vérifier quoi que ce soit et sans émettre la moindre critique ! En plus, le prix du blé a considérablement augmenté, ce qui fait que je gagne très bien ma vie. »

Le ‘Hafets ‘Haïm s’empressa de raconter cette anecdote à ses élèves – quelle incroyable leçon de morale pouvait-on tirer de ce marchand de blé !

Autrefois, les hommes avaient un niveau spirituel si élevé, que chacun de leurs actes était observé à la loupe par Hachem – leur intention, leur volonté, leur intégrité… Seule, une faible portion de ces « marchandises » franchissait les portes du Ciel. Aujourd’hui, notre génération subit tant d’épreuves, et traverse une guerre spirituelle si violente, que les « marchandises » manquent cruellement. Chaque Mitsva, chaque bonne action, est immédiatement acceptée par D. Et la récompense, le salaire de ces Mitsvot est tout simplement immense.

Nous venons de traverser des jours exceptionnels – Roch Hachana, le jour de jugement, Chabbat Chouva – nous avons essayé d’exploiter au mieux ces jours saints, mais la tâche a été plus rude que prévu. Alors que nous aspirions à vivre une expérience spirituelle intense, la réalité nous a rapidement ramené les pieds sur terre : les enfants n’ont pas eu la patience d’attendre que l’on trempe la pomme dans le miel, ils ont joué avec les serviettes et ont (silencieusement) éparpillé les grains de grenade un peu partout…

Ces trois jours de fête ont ébranlé nos bonnes résolutions. Nous avons vu ressurgir un peu de colère, de manque de considération… Nos prières ont un peu perdu en intensité, en ferveur… Bref, alors que nos intentions initiales étaient pleines d’enthousiasme et de détermination, il semble que nous avons (déjà) commencé à dériver. La fête s’est terminée avec un sentiment de frustration : « Ce n’est pas ce que je voulais ! Cela devait se passer autrement ! »

Chère femme, vous n’imaginez pas à quel point votre « marchandise » est importante aux yeux d’Hachem. Cette volonté, cette envie de bien faire vous ouvrira certainement les portes d’une merveilleuse année. Vous avez fait tellement d’efforts ! Rassurez-vous, Hachem ne vous observe pas à la loupe. L’essentiel est que vous ayez répondu présente à son appel et fait de votre mieux.

Nos Sages disent qu’entre Roch Hachana et Yom Kippour, l’homme doit considérer qu’il possède autant de bonnes que de mauvaises actions. La moindre Mitsva peut suffire à faire pencher la balance du bon côté.

10 conseils pour les 10 jours de pénitence

1 – Durant les 10 jours de pénitence, on veillera à consacrer davantage de temps à la prière et on s’efforcera de lire des Tehilim.

2 – Nos Sages enseignent que pendant ces jours saints, chaque homme a la force du Tsaddik de la génération. Sachons exploiter ce potentiel et prions de toutes nos forces afin qu’Hachem exauce les souhaits de notre cœur pour le bien.

3 – Dans son livre « Hilkhot Techouva », le Rambam enseigne que durant les 10 jours de pénitence, la prière individuelle a la même puissance que la prière collective qui, comme on le sait, est capable de franchir toutes les barrières, de faire fuir les accusateurs et d’atteindre le trône divin. Alors, ne ratons pas cette occasion unique !

4 – « Tout celui qui maîtrise son penchant, ses fautes lui seront pardonnées. » On veillera à ne pas céder à la colère durant les 10 jours de pénitence. Ne tenons pas rigueur, sachons céder et prendre sur soi, afin qu’Hachem Lui aussi ne nous tienne pas rigueur pour nos fautes.

5 – Se taire ! Vous avez été insultée ou blessée ? Gardez le silence et priez ! Cette Ségoula a fait ses preuves ! Cela est d’autant plus vrai (et d’autant plus difficile) lorsque l’on a été offensée par son mari, ses parents, sa fille adolescente… Hachem écoute les prières des coeurs brisés. Au lieu de répondre aux attaques subies, demandez à Hachem d’écouter vos prières.

6 – « Tout celui qui a pitié des créatures, on a pitié de lui » – Celui qui veut susciter la miséricorde divine, doit lui aussi, se montrer miséricordieux, avoir pitié et se montrer compréhensif, même vis à vis des animaux.

7 – « Juger chacun favorablement », car Hachem en fera de même pour nous. Efforçons-nous de trouver des circonstances atténuantes à notre prochain, car Hachem agira envers nous « mesure pour mesure ».

Le repentir, la prière et la charité annulent les mauvais décrets

8 – La Tsedaka a une importance capitale durant ces jours là. Elle crée un défenseur entre nous et Hakadoch Baroukh Hou.

9 – Réciter avec ferveur les ajouts dans la Tefila des 10 jours de pénitence : « Souviens-Toi de nous pour la vie », « le roi saint »… ainsi que le texte « Avinou Malkénou » qui se trouve à la fin de la Amida – dans lequel nous qualifions Hachem de père et de roi. Le Midrach raconte qu’en période de sécheresse, Rabbi Eliezer prononça vingt-quatre prières afin qu’Hachem envoie la pluie. Mais il ne fut pas répondu. Rabbi Akiva dit alors : « Notre père, notre roi, nous n’avons d’autre souverain que toi. Notre père, notre roi, agis en Ta faveur, aie pitié de nous, et fais tomber la pluie. » Hachem entendit sa prière et fit tomber une pluie bienfaitrice sur la terre.

10 – Techouva – quelle est la force du repentir ? Il est rapporté dans le Tana Dévé Eliahou qu’après la faute du veau d’or, Moché Rabbenou monta sur le mont Sinaï et pria durant 40 jours afin qu’Hachem pardonne à Ses enfants la terrible faute qu’ils avaient commise. Pendant ce temps, les Bnei Israël pleurèrent et firent sincèrement Techouva. Leurs pleurs et leurs supplications s’élevèrent jusqu’au trône divin. A ce moment là, Hachem les prit en pitié et accepta leur repentir : « Mes enfants, dit-Il, sachez que ces larmes se transformeront en larmes de joie et d’allégresse, et que ce jour là sera dédié au repentir et à l’expiation, pour vous, vos enfants, et vos petits enfants, de génération en génération. »

La Techouva est une arme puissante et accessible à tous.

Rabbanit ‘Haguit Chira, adaptation française Elisheva Uzan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer