Pourquoi doit-on ouvrir les mains à "potéah' ète yadékha" ?

05.06.19

Question

Question : Bonsoir, je voulais savoir d'où provient l'habitude d'entrouvrir les mains, au moment où on prononce le passouk de "potéah' ète yadékha" dans "achré" ?  De plus, est-ce que c'est vrai que c'est une ségoula pour la parnassa? Merci d'avance pour votre réponse.
 

Réponse

Réponse : Chalom ouvrakha, votre question est très intéressante, car il est vrai que la plupart des gens font ce geste d'entrouvrir les mains en priant pour la parnassa, (la subsistance), mais rares sont ceux qui en connaissent l'origine.
Le Choulh'an Aroukh, Orah' H'aïm, 51, 7 écrit qu'il faut se concentrer au moment où on prononce ce verset, et s'il ne l'a pas fait, il faudra recommencer ce passage. Le Michna Broura explique qu'une des raisons pour lesquelles les h'akhamim ont institué de lire "achré" chaque jour, c'est pour ce passouk. En effet, ce verset vient à donner l'éloge d'Achem, car Il se préoccupe de chacun en lui amenant sa subsistance. D'ailleurs, le Ben Ich Haï, Vayigach, 12 et le Kaf Ahaïm expliquent que la concentration que l'on nous demande, c'est tout simplement de penser à la traduction de ce verset :" Ouvre tes mains et Il rassasie chaque être vivant de par Sa volonté" et de prendre conscience qu'Achem se soucie de toutes les créatures. Donc, on voit bien que ce passage parle de la parnassa.
En ce qui concerne la coutume d'entrouvrir les mains, plusieurs raisons ont été données :
  1. Elle a sa source dans le Zohar, à parachat Pinh'as p. 226, le Zohar pose la question, pourquoi doit-on dire "achré",3 fois par jour. Un après "baroukh chéamar", un avant "ouba létsion" et une autre fois à minh'a. En effet, il suffirait de 2, une fois pour le repas de midi et l'autre pour le repas du soir, comme il est dit dans chémot 16, qu'Achem a donné les cailles le soir et la manne le matin. Le Zohar répond que c'est pour donner de la force à l'endroit où les mains s'ouvrent.
  2. Le Ben Ich Haï explique aussi, que c'est afin de faire un acte symbolique, montrant qque l'on vient à recevoir le mazal et la bénédiction provenant d'En-Haut.
  3. Le Kiriat H'ana David explique cette coutume, car étant donné que la demande principale pour la parnassa est faite quand on dit ce passouk, on le fait donc de pareille façon que Moché Rabbénou a prié Achem lors de la guerre contre Amalek, en levant ses mains.
  4. Cependant, il faut savoir que les achkénazes ont l'habitude d'embrasser les téfilines à ce moment là. Certains expliquent ces différents gestes, tout simplement afin de se rappeler d'avoir de la kavana à ce moment là.
  5. Le Taamé Aminhagyuim, pense que l'on vient à demander de la parnassa dans ce passouk et en même temps, on fait une mitsva, pour signifier par cela, que l'on demande la parnassa pour pôuvoir accomplir les mitsvot.

Enfin, pour revenir à ce qu'a écrit le Choulh'an Aroukh, à savoir que s'il n'a pas dit ce passouk avec kavana, il devra le redire, là aussi, les avis sont partagés. Le Michna Broura rapporte le H'ayé Adam au nom du Lévouch qu'il faudra redire depuis le passouk de "potéah' ète yadékha" jusqu'à la fin de "achré". Le Yalkout Yossef, (année 5745, p. 75), dit de même, mais s'il a commencé le Psaume suivant, il l'intercalera entre 2 Psaumes. Le Ben Ich Haï, lui est d'avis, que dans tous les cas, il ne faut répéter que le passouk de "potéah'". Le Kaf Ah'aïm, au nom du Birké Yossef tient qu'il ne faut pas recommencer la passouk, si on n'a pas eu de kavana, car de toutes façons, il peut toujours se rattraper dans l'"achré" après "ouba létsion" ou celui d'avant minh'a.

En bref, pour répondre à votre question, on a vu plusieurs explications à cette habitude d'entrouvrir les mains pour "potéah'". On a également établi clairement que c'est un moment très important pour penser à implorer Achem pour la parnassa. C'est pour cela qu'il convient d'avoir de la kavana pour prononcer ce verset. Si on a omis de le faire, le Choulh'an Aroukh demande de recommencer ce passage.
Que béézrat Achem toutes les tfilots des bné israël soient agréées par Achem, et qu'on puisse avoir la guéoula rapidement, Amen!