Béréchit

Les plus lus

Parachat Noa’h. Grands et petits croyants

« Noa’h lui-même était animé d’une foi imparfaite : il croyait à la venue du Déluge sans vraiment y croire, et il n’entra dans l’arche que sous la contrainte des eaux. » (Rachi) Que signifie exactement le qualificatif de « imparfaite » ? Quelques explications sur le concept d’émouna, que l’on traduit généralement par la « foi ».

Les plus vus
Question au Rav
Calendrier des événements

Vayéra. L’habitude est une seconde nature

Bien qu’un usage puisse paraître déplacé, voire même immoral aux yeux de celui qui l’institue, lorsqu’une telle règle est mise en application et qu’on l’exécute, l’habitude fait d’elle une seconde nature, au point que l’on en vient finalement à l’adopter comme une évidence

Le miracle réduit les mérites

Tout homme qui a bénéficié d’un miracle possède nécessairement un mérite remarquable. Mais outre l’évidente valeur morale de cet homme, il n’en reste pas moins que tout miracle occasionne fatalement une certaine « perte de mérites »

Vayechev. Le théâtre des tourments

Si nous nous contentons d’étudier et de pratiquer les mitsvot uniquement lorsque la vie nous sourit, mais que dès l’instant où des problèmes surgissent, nous cessons aussitôt notre combat, on ne peut évidemment pas prétendre être dévoués au service du Créateur

Miqets. Confiance et implication 

« “Heureux l’homme qui place sa confiance en D.ieu…“ (Téhilim 40,5) – il s’agit de Yossef. “…et ne se tourne pas vers les orgueilleux“ – parce qu’il a dit au maître-échanson : “Si tu te souviens de moi (…) parle de moi à Pharaon“ – on lui ajouta deux années d’emprisonnement supplémentaires. » (Béréchit Rabba 89,3) Lisez un exemple édifiant de bita’hon qui se dégage du récit suivant