Femmes

Les plus lus
Les plus vus
Question au Rav
Calendrier des événements

Se garder des liaisons inutiles ? Ce n'est pas seulement un aspect religieux, mais aussi une question de qualité de vie

Une jeune fille de 18 ans, après plusieurs "histoires d'amour" à l'issue malheureuse pleurait et disait "je ne veux plus de problèmes, je ne veux plus m'engager dans ce pétrin, jamais plus je ne me mettrais en couple !" Pour chacune des relations que vous avez vécues et qui se sont achevées, vous payerez un prix. Ce n'est pas que du passé, l'âme garde des traces indélébiles de tous les sentiments qu'elle a éprouvée et des blessures qui lui ont étés infligées

Pour la femme

Liat Greenberg: “je voulais que toute la famille fasse techouva mais j’ai compris que c’est impossible de les forcer à ouvrir les yeux “ Lorsque Liate Greenberg a fait techouva elle a découvert que la chose la plus difficile est de convaincre son entourage qu’elle n’a pas perdu la tête et que ça vaut le coup pour eux aussi de gouter à cette nouvelle vie. Quand elle a saisi que ça n’est pas évident, elle a décidé de mettre en scène le film “pokeah ivrim” (qui donne la vue) afin de diffuser par-là les messages touchants

Lettre à mon amie, celle qui est restée derrière

« Crois-moi ou non, mais avant de t'en rendre compte, dix années supplémentaires passeront. Moi, je marierais si D.ieu veut ma grande, et toi ? Je ne sais pas ce qui se passera avec toi... Tu continueras à croire que le garçon avec qui tu vis depuis des années voudra toujours se marier avec toi quand vous aurez 40 ans et ne te laissera pas tomber au profit d'une fille plus jeune...» Rivka dans lettre douloureuse à son amie d'enfance, avec laquelle beaucoup pourront s'identifier

« L'avortement, c'est l'obscurité absolue, n'y pense même pas… »

C. Ziegler avait 28 ans, elle était en quatrième année de ses études d'architecture, quand elle a découvert qu'elle était enceinte. Elle s'est sentie trop jeune et pas mûre, et voulait revenir à la vie « normale » au plus vite. Elle a raconté à la commission qu'elle souffrait de dépression et qu'elle avait des pensées suicidaires, elle a ainsi obtenu son aval. « Les médecins sont rentrés vêtus de verts de la tête au pied. Quand je me suis réveillée, j'étais en état de choc. Dans la salle de réveil, je tenais la main de ma mère, j'ai pleuré et je lui ai demandé si j'aurais d'autres enfants. Elle a pleuré avec moi et m'a promis que oui, mais cela ne m'a pas calmé. »

   1 2 > >>