Infos communauté

Le Gaon Rabbi Mordékhaï Amar chlita, nommé pour diriger la communauté de Chouva Israël à Paris

La communauté de Chouva Israël à Paris s’apprête bientôt à accueillir le Gaon Rabbi Mordékhaï Amar chlita, nouveau Rav destiné à diriger la communauté. * On relève un remarquable développement de la communauté juive de Levallois-Perret, dans la banlieue de Paris.
Ces dernières années, de nombreux Juifs parisiens ont commencé à quitter peu à peu les seizième et dix-neuvième arrondissements, pour s’installer dans la banlieue huppée de Levallois, qui abrite de nombreux centres d’affaires et centres commerciaux, où vivent désormais des milliers de jeunes familles juives, venues s’installer sur les lieux.
Dans cette région en pleine croissance du point de vue de la vie communautaire, a été fondé il y a deux ans un Beth Hamidrach, Chouva Israël, sous la direction du grand-rabbin du Maroc, Rabbi Yochiyahou Pinto chlita. Cette maison d’étude, située rue Aristide Briand de cette belle banlieue, constitue une réussite spirituelle et offre des cours de Torah et des prières, et attire de nombreux fidèles.

Depuis l’inauguration du Beth Hamidrach, les fidèles ont exprimé le souhait de faire venir dans le quartier un Rav de stature importante, qui sera un atout spirituel pour la communauté locale. Sur les conseils et les recommandations de l’Admour Rabbi Yochiyahou Pinto et à la grande joie des résidents juifs de la région, le Gaon Rav Mordékhaï Amar chlita prendra cette semaine ses fonctions de Rav des lieux.
Le Gaon Rav Mordékhaï Amar est connu depuis de longues années par le public orthodoxe français. C’est un ancien de la Yéchiva d’Aix-les-Bains, dirigée autrefois par le Gaon et Tsadik Rabbi ‘Haïm Its’hak ‘Haykin, élève du ‘Hafets ‘Haïm, qui avait monté un empire de Torah en France. Le Rav ‘Haykin, né à Kossova, étudia auprès du ‘Hafets ‘Haïm et entretint une relation étroite avec Rabbi El’hanan Wasserman zatsal. Une grande partie de ses élèves sont actuellement des Rabbanim, des Raché Yéchivot ou Raché Collelim en Erets Israël ou ailleurs. Parmi eux, on distingue Rabbi Mordékhaï Amar, connu pour sa personnalité hors-pair, qui réunit le monde de la Halakha, du Moussar et l’héritage de la tradition du Maroc. Il a été pendant de longues années le Rav de la ville de Mulhouse, point de passage important en Europe, au cœur de l’Alsace.
La ville de Mulhouse est située au centre de l’Europe, entre le Rhin, les montagnes des Vosges et les massifs du Jura au sud. La ville est traversée par deux cours d’eau, l’Ill et le Doller, et à 30 kilomètres seulement de la triple frontière France-Allemagne-Suisse et à 14 km de la région allemande, la « forêt noire », non loin des cinq villes principales d’Europe : Londres, Paris, Milan, Munich et Hambourg.
À l’époque de Napoléon, les Juifs furent autorisés à s’installer dans la ville, et en 1821, la première synagogue de la ville fut construite, un bâtiment temporaire qui s’agrandit au fil des ans. À l’époque de la Shoah, la majorité des Juifs de la ville fuirent en Suisse, pays neutre, et les maudits Nazis s’approprièrent la synagogue pour leur usage personnel, mais le bâtiment resta intact. La ville de Mulhouse est connue dans l’histoire comme le lieu de naissance d’Alfred Dreyfus, l’illustre capitaine juif de l’affaire Dreyfus qui secoua le monde entier en 1894, qui avait été accusé à tort d’espionnage.
La communauté juive de la ville a eu le privilège d’être dirigée d’une main de maître par le Gaon Rabbi Mordékhaï Amar chlita, né à Meknès, au Maroc. Il émigre en France où il se forma à la Yéchiva de Rabbi ‘Haïm Its’hak ‘Haykine, directeur de la Yéchiva ‘Hokhmé Tsarfat. Le Rav Amar vécut pendant trente ans dans la ville et y diffusa la lumière de la Torah, et un grand nombre de ses élèves se rendirent ensuite dans des centres de Torah en France, en Israël, en Europe et aux États-Unis. L’influence de Rabbi Mordékhaï se ressentit, d’une part, d’un point de vue toranique, par la formation d’Avrékhim et d’érudits en Torah, et d’autre part, dans sa réussite à faire apprécier le judaïsme chez de nombreux jeunes gens qui se rapprochèrent, grâce à lui, de la pratique de la Torah et des Mitsvot.
La communauté fut florissante pendant des années, et de nos jours, la majorité des membres de la communauté sont âgés, partagés entre deux synagogues actives, l’une ashkénaze et la seconde, séfarade, qui fonctionnent en semaine et proposent des cours spéciaux pour les jeunes gens. Ainsi, même des familles jusque-là éloignées d’une vie de Torah et de Mitsvot, ont reçu des cours de judaïsme authentique, et se sont ainsi rapprochées de la Torah et des Mitsvot. Le Rav Amar a tenu à créer un Kollel qui diffuse la lumière de la Torah avec des hommes de la communauté adjacente de Saint-Louis, où réside une communauté toranique importante et même une Yéchiva, Or Hatalmud. De nombreux Juifs qui ont grandi et se sont formés dans cette communauté sont partis par la suite s’installer à Jérusalem ou à Bné Brak, et d’autres ont rejoint de grandes communautés de Torah en France même.
Les élèves du Rav Amar décrivent l’action du Rav au fil des années et sa personnalité : à partir de la tradition héritée de ses maîtres, il a créé une ambiance de Yéchiva chez les Juifs éloignés du mode de vie de la Torah, et a enseigné dans une communauté comme celle de Mulhouse. Ils ont exprimé leur admiration devant le Rav qui a su faire progresser les Juifs et les attirer au Beth Hamidrach.
Comme dit, le Rav Amar a tout récemment accepté la proposition des membres de la communauté de Chouva Israël à Paris, et avec la bénédiction personnelle du Rav Yochiyahou Pinto, il prendra en charge cette communauté, dans cette banlieue jeune et dynamique où la majorité des résidents juifs sont attachés à la tradition.
« Nous préparons une réception pour le nouveau Rav », relate Dani, membre de la communauté, « alors que les Miniyanim quotidiens ainsi que ceux du Chabbath augmentent, et il va de soi que l’action spirituelle comme celle du Rav Amar, les cours de Torah et le développement du Kollel d’Avrékhim, les cours et les prières, rayonneront sur tout le quartier. Le Beth Hamidrach sera un phare de lumière diffusant la Torah et la crainte du Ciel, tel que l’a souhaité le Rav Yochiyahou Pinto.»
L’arrivée du Rav Amar, à l’approche de la nouvelle année, constitue une véritable bonne nouvelle pour cette communauté, en particulier à cette période de renforcement spirituel à l’approche des Jours Redoutables, et à l’ombre menaçante de la pandémie du coronavirus.
Précisons qu’à Chouva Israël de Paris, la direction a été impressionnée de la réussite de l’action du Beth Hamidrach dans le quartier. Dans ce sillage, la création de deux autres maisons d’étude dans le seizième et le dix-septième arrondissement est prévue, qui constitueront également des centres du judaïsme actifs dans la capitale.
Précisons que le développement des Baté Midrach à Paris s’inscrit dans l’essor de l’étude de la Torah observé partout dans le monde juif, dans le cadre de la grande révolution initiée dans le monde entier par les cours du Rav Pinto. Les chiffres indiquent que des centaines de milliers de personnes visionnent les cours du Rav chaque semaine. Dernièrement, le Rav Pinto s’est rendu sur la tombe de son illustre grand-père, le Tsadik Rabbi ‘Haïm Pinto à Mogador, et sur les média sociaux, on a relevé plus d’un million de personnes ayant visionné la prière organisée sur les lieux.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer