. Synagogue sans séfer torah.

07.07.19

Question

Question : Bonjour, je suis chamach dans une synagogue en Province. Nous sommes le seul minian dans la ville et malheureusement, nous n'avons qu'un seul séfer torah. Enfin, baroukh Achem, nous avons minian tous les chabbat et tous les jours en semaine pour chah'arit. Ce chabbat, au chéni (2ème montée) nous avons trouvé une faute dans le séfer torah. On a continué malgré tout, dedans pour finir la paracha. Dès dimanche, baroukh Achem, un soffer est venu et a arrangé l'erreur. Cependant, on voulait savoir ce qu'on doit lire ce lundi, ce jeudi et chabbat prochain, vu qu'on n'a pas lu la paracha dernière dans un séfer torah cachère. Merci de me répondre rapidement, s'il vous plaît !
 

Réponse

Réponse : Chalom ouvrakha , votre question est très intéressante. Aussi, avant d'y répondre, voyons ensemble si l'on a le droit de lire la paracha pour un tsibour (communauté), dans un séfer torah pas cachère.
La guémara Ménah'ot 30a écrit que celui qui corrige ne serait-ce qu'une faute dans un séfer torah qui ne comporte que cette erreur, est considéré comme s'il l'avait écrit tout entier. Ce qui laisse comprendre qu'un séfer torah avec une seule faute est passoul (invalide).

D'autre part, la guémara dans Guittin 60a rapporte que l'on peut lire dans des rouleaux comme des séfer torah en faisant les brakhot, même s'il n'y a qu'un seul des 5 h'oumachim (la Torah comporte 5 h'oumachim : Béréchit, Chémot, Vayikra, Bamidbar et Dévarim). Néanmoins on ne lira pas en communauté dans de tels rouleaux car c'est un manque de respect pour le tsibour. Apparemment ces 2 guémarot se contredisent.

Le Rambam dans ses Chéélot Outchouvot (siman 294) explique qu'il est certain qu'un rouleau où il manque ne serait-ce qu'une lettre et à plus forte raison s'il n'y a qu'un seul h'oumach, c'est un séfer torah passoul, mais la brakha que l'on fait quand on monte à la torah n'est pas dépendante de la validité du séfer torah. Il rajoute même que la coutume était ainsi devant le Rif et le Ri Migach, et que personne n'a jamais rien dit. Toutefois, à priori, il convient toujours de prendre un séfer torah cachère pour la lecture

Le Rachba (dans Guittin) ne partage pas cet avis et il pense qu'on ne peut pas lire dans un séfer torah pas cacher. Par conséquent, on ne pourra pas faire les brakhot, si on vient à trouver une erreur dans le séfer. Cependant, cette restriction ne concerne que le h'oumach qu'on est en train de lire. Par exemple, on pourra continuer à lire la paracha de Béréchit, même de faire monter les 8 personnes réglementaires (avec le maftir) et que chacun récite sa brakha, si le séfer torah a une faute dans la paracha de Chémot, puisque c'est dans un autre h'oumach.
Rachi (dans Guittin) pense que n'importe quelle erreur dans le séfer le rend invalide et quelque soit son endroit. Il faudra expliquer la guémara de Guittin selon Rachi, que si le h'oumach est seul, sans erreur, il est plus valide qu'un séfer torah entier avec une seule faute.

Le Choulh'an Aroukh (Orah' H'aïm, 143, 3) écrit qu'on ne pourra pas lire dans un séfer qui a une faute. Le Rama (séif 4) ramène que s'il n'y a pas d'autre possibilité, on permettra de lire dans un séfer passoul avec les brakhot, comme le Rambam et il y en a qui pense que c'est interdit, comme Rachi. Il termine que si la faute se trouve dans un autre h'oumach, on pourra être coulant et faire la lecture, comme le Rachba. Le Biour Halakha rapporte que certains décisionnaires penchent plutôt à interdire de lire dans un rouleau ne comportant pas la totalité de la Torah, comme Rachi. Toutefois, celui qui a l'habitude de le faire, il n'y a pas lieu de lui faire de remarque, comme le laisse entendre le Rama. Par contre, le Kaf Ah'aïm (séif katan 44), le Halakha Broura, et le Yalkout Yossef disent de faire comme le Choulh'an Aroukh et de ne pas lire dans des rouleaux incomplets, même sans erreur.

Lorsqu'on a vu une faute et qu'il n'y a pas d'autre séfer, que se passe-t-il pour celui qui est monté. Peut-il faire la brakha d'après, c'est-à-dire "acher natan lanou ète torato…" ? Selon le Maharam Milouvlin, on pourrait même faire monter les autres alyot jusqu'au 7ème qui lira la haftara, avec les brakhot (rapporté dans le Maguen Avraam 8). Cependant, le Dagoul Mervava pense qu'on ne fera la brakha "acher natan lanou qu'après le 7ème et non pas à chaque aliya comme d'habitude. Il semblerait que le Michna Broura tranche comme cet avis. Enfin, le Kaf Ah'aïm (43) et le Halakha Broura, qui vont comme le Choulh'an Aroukh disent de ne pas faire de brakha du tout, après avoir trouvé l'erreur, s'il n'y a pas un autre séfer cacher, mais on continuera la lecture pour terminer la paracha.

Enfin, est-ce que l'on peut rattraper la lecture qui n'a pas été faite dans un séfer cacher ? Le Rama (siman 135, 2) écrit que si dans une communauté, on a raté la lecture de la paracha, le chabbat d'après, on lira à la 1ère montée toute la paracha de la semaine d'avant et la 1ère montée de celle de ce chabbat. Malgré tout, pas toutes les parachiot sont rattrapables. On ne peut reprendre la paracha non-lue, que si la majorité de la communauté ne l'ont pas entendue. (Chaaré Ephraïm). Cela n'est possible, aussi, que si on a raté la paracha du chabbat, pas celle de lundi et jeudi. On ne peut rattraper qu'une seule paracha. Ce qui veut dire que si on devait lire 2 parachiot ensemble comme Tazria et Métsora, on ne rattrapera même pas une. Et si le chabbat d'après, on lit Tazria et Métsora, et que la semaine d'avant, c'était Chémini, et qu'on n'a pas pu la lire, on ne la lira pas, car cela ferait au total 3 parachiot. De plus, si la paracha ratée était à la fin d'un h'oumach, comme Pékoudé ou Béh'oukotaï, on ne pourra la lire la semaine d'après. Toutes ces règles, ont été écrites par le Maharam Mimints. Toutefois, le Eliahou Rabba pense qu'on pourra lire 3 parachiot en même temps. C'est ainsi que s'il arrive que l'on veuille lire 3 en même temps ou rattraper Vayéh'i, qui est la dernière paracha du h'oumach Béréchit, avec Chémot, on aura sur qui s'appuyer.

En conclusion, si on a qu'un seul séfer torah et qu'on y a trouvé une faute, on pourra rattraper la semaine d'après toute la paracha à la 1ère montée. On lira également le Richone de la paracha de la semaine. Entre temps, le lundi et le jeudi, on lira la paracha de la semaine d'après (Michna Broura, 135, 5). 
Béatslah'a!