Les plus lus

La vie... après la vie

Les réincarnations des âmes : comment ça marche ?

Lorsqu’un homme souffre, on lui explique que cette souffrance est la réparation d’un acte accompli lors de la précédente réincarnation de son âme. Mais pourquoi donc dois-je payer pour une chose que mon âme a réalisée dans une vie précédente ?

| 26.01.20 | 01:00
Crédit : Shutterstock
De nombreuses questions du judaïsme trouvent leur réponse suivant la notion de réincarnation. Pourquoi les Justes souffrent-ils ? C’est apparemment une expiation pour un acte accompli dans une précédente réincarnation. Un nourrisson qui décède à seulement 7 jours ! Comment l’expliquer ? Il est sûrement venu sur terre pour réparer une petite chose…

C’est pourquoi, beaucoup de questions trouvent réponse dans ce phénomène de la réincarnation des âmes.  Alors comment cela fonctionne ? Et pourquoi donc créer un lien entre l’homme que j’étais dans une vie précédente et l’homme que je suis à présent ? Et dans notre précédente réincarnation étions-nous juifs ?

« D’une façon générale, les réincarnations font partie du processus de récompense et de punition qui se déclenche après le décès » nous explique le Rav Fanger. « En ces instants de jugement, certaines personnes passent une sorte d’examen de rattrapage et reviennent donc en ce monde. Si, par exemple, nous avons failli sur certains points  dans notre vie précédente, nous revenons pour les réparer. Il nous faut bien comprendre une chose : ce n’est pas que nous sommes punis pour les fautes d’une autre personne. C’est au contraire une chance, une opportunité qui nous est offerte de réparer ce que nous-mêmes avons endommagé dans une autre vie. Certains disent que c’est justement ce qui nous est particulièrement difficile d’accomplir ou de surmonter s’agissant des Mitsvot ou de nos traits de caractère, que nous sommes venus réparer. A l’inverse également, si nous sommes forts ou qualifiés dans un certain domaine cela signifie que c’est aussi une partie de la réparation que nous avons à accomplir et que nous devons utiliser cette force et nous y concentrer. »

Pourquoi oublions-nous notre vie précédente ?
« Afin de garder notre libre-arbitre, les questions de l’examen doivent nous être cachées et les réponses également, bien entendu. De plus, si un homme se souvient que dans son autre vie il avait une autre épouse et d’autres enfants, cela pourrait fortement l’embrouiller. Néanmoins, nous le savons théoriquement. Des chercheurs ont d’ailleurs prouvé que la claustrophobie ainsi que d’autres peurs et angoisses proviennent de vies antérieures. En pratiquant l’hypnose ou d’autres techniques, nous découvrons que l’homme supporte des restes du fardeau de sa précédente vie. Mais  en principe, nous n’avons pas besoin de nous souvenir des expériences de nos vies antérieures car cela nous empêcherait de mener une vie normale. »

Est-il certain que si nous sommes juifs, nous étions également juifs dans notre vie antérieure ?
« Oui, c’est certain. Mais il existe aussi des possibilités qu’un juif soit réincarné en tant que non-juif c'est-à-dire que l’âme reste juive, mais elle se réincarne dans le corps d’un non-juif. C’est le cas des personnes converties au judaïsme : envers et contre tout, ils recherchent à nouveau à faire partie du peuple juif. L’âme juive reçoit ainsi une certaine punition : elle est réincarnée dans le corps d’un non-juif  afin d’accomplir le pas de se convertir et de retrouver ses racines profondes. Mais dans tous les cas, un non-juif ne peut être réincarné dans le corps d’un juif. »

Combien de réincarnations l’âme peut-elle subir ?
Le Rav Eli Amar répond : « Le verset nous dit : A cause du triple et du quadruple crime d’Israël, Je ne révoquerai pas mon arrêt ». Cela signifie que si l’on donne à un homme trois chances et qu’à chaque fois il a utilisé son libre-arbitre pour choisir le mauvais chemin, la quatrième fois il revient en réincarnation sans avoir le choix ce qui signifie que son âme est réincarnée dans le minéral, le végétal ou l’animal. C’est ainsi que l’homme accomplira sa réparation dans le bon chemin sans rien abimer. Aujourd’hui, nous sommes tous des réincarnations d’âmes. Déjà à l’époque du Ari zal il y a prés de 450 ans, ce dernier avait écrit qu’il n’y avait plus de nouvelles âmes en ce monde. Nous avons tous déjà vécu ici. »