Les plus lus

Opinion

Sivan Rahav Meïr : Mais qui aspire à être numéro 2 ?

Rabbi Nathan n’a jamais aspiré à être le NUMBER ONE, le numéro un. Il ne souhaitait pas être le maître, mais l’élève. Il ne voulait pas être l’Admour, mais le disciple.

Crédit : Shutterstock ; Sivan Rahav Meïr
Nous avons tous entendu parler de Rabbi Nahman de Breslev. Mais de Rabbi Nathan beaucoup moins. Aujourd’hui nous célébrons le 176ème anniversaire du décès de Rabbi Nathan. Voici donc quelques mots sur cette personnalité (a priori) laissée un peu dans l’ombre, mais qui nous livre un message ô combien important pour notre génération.

Rabbi Nathan n’a jamais aspiré à être le NUMBER ONE, le numéro un. Il ne souhaitait pas être le maître, mais l’élève. Il ne voulait pas être l’Admour, mais le disciple. Cela ne venait pas d’un sentiment d’infériorité quelconque, bien au contraire (voir l’article sur la Hiloula de Rabbi Nathan : il était nommé le prodige de Nemirov). Il avait acquis la conviction que c’est dans ce rôle qu’il se réaliserait réellement, qu’il se trouverait vraiment. Il avait compris que c’était sa mission. Depuis son jeune âge il recherchait la joie, la vraie, au sein même de sa vie juive. C’est ainsi qu’il se rapprocha de Rabbi Nahman : avec une grande humilité et un grand respect. Il commença donc à rédiger les enseignements de son Rav, Rabbi Na’hman qui lui-même a dit au sujet de son élève : « Sans Rabbi Nathan, il ne nous serait pas resté une seule page ». Ce n’est que grâce au mérite de Rabbi Nathan que nous pouvons aujourd’hui tenir entre nos mains ces trésors que sont les Likouté Moharan, les Sipouré Maassiyot, les Sihot Haran, les Likouté Halakhot, les Likouté Tefilot et d’autres encore.

Tout ce qu’il entendait, tout ce qu’il apprenait, il essayait de le rendre éternel. Pour les générations à venir. Pour nous.

Après le décès de Rabbi Nahman, il a repoussé avec virulence ceux qui voulaient le nommer comme son successeur. Nous pouvons en témoigner par de nombreuses citations. A mon humble avis, le statut de Rabbi Nathan résume tout à fait notre actualité : aujourd'hui plus que jamais, à une époque où tous veulent être des dirigeants, des personnes d’influence, souvenons-nous aussi de celui qui souhaite être un disciple mais qui cherche surtout à le rester.