Les plus lus

Israel

Horrible accident sur la route 443 : Qu’est ce qu’Hachem attend de nous ?

C’est une horrible nouvelle qui a frappé le peuple d’Israël dimanche matin. L’annonce du décès brutal d’une mère et son bébé de quelques semaines a ébranlé tous les cœurs. Le père et le fils sont gravement blessés. Quel message pour nous ?

| 03.12.19 | 10:00
L’accident sur la 443 (Crédit : Yonathan Zindel, Flash 90)
Personne n’est resté insensible lors de l’annonce de ce catastrophique accident de voiture ayant touché gravement la famille Rimel du Yichouv Névé Tsouf. La mère de famille Tsippy et son bébé Noa Rahel âgée de trois semaines seulement, sont décédées sur le coup. Le père Efraïm, et son fils, Itaï, sont gravement blessés.

Nous avons tous été bouleversés d’entendre cette tragique nouvelle. Et nous nous demandons ce qu’Hachem attend de nous. Comment faire pour que Le créateur empêche l’accomplissement de ces redoutables décrets ?

Rappelons ici les paroles du Midrach (Chir Hachirim Rabba) :
« Le Saint-béni-soit-Il dit à Israël : Mes enfants, élevez la voix afin que (…) les anges de service vous entendent. Ne vous haïssez pas les uns les autres, ne vous jalousez pas les uns les autres, ne soyez pas en compétition, ne vous faites pas honte, afin que les anges ne disent pas devant Moi : « Maître du monde ! Israël ne se préoccupe pas de la Torah que Tu leur as donnée ! Tes enfants sont plutôt occupés à leur jalousie et à leur haine ! »

Redoutables sont ces écrits du Midrach ! Le Maître du monde s’adresse à nous. Il nous implore de ne pas nous conduire de la sorte, de ne pas nous haïr ou nous jalouser !
Rappelons-nous également des paroles du prophète Mikha : « Homme, voici ce qui est bien et ce qu’Hachem attend de toi : seulement pratiquer la justice, aimer la bonté et marcher humblement avec ton D. ! »

Nos Sages nous enseignent :
Pratiquer la justice : On parle ici de toutes les lois sociales entre l’homme et son prochain ainsi que des interdictions liées à l’adultère.

Aimer la bonté : pratiquer la charité. Et d’après les commentateurs, cela signifie donner plus que ce dont l’autre a besoin.

Et de marcher humblement avec ton D. : Suivre les voies d’Hachem et Ses commandements dans la discrétion et non pour se faire remarquer. Autre explication : Aimer Hachem de tout notre cœur et de toute notre âme.

Nos Sages nous enseignent que lorsque nous agissons avec bonté les uns envers les autres, le Saint-béni-soit-Il dit : « Ils ont eux-mêmes besoin de charité et pourtant ils agissent avec bonté envers les autres. Moi, qui ne suis que bonté et miséricorde, combien dois-Je agir avec bonté envers Mes créatures ! »

La notion de bonté et de charité est également rapportée dans les écrits du prophète Hochéa et du Tana Débé Eliahou.

Et si l’on apprenait à s’aimer, à juger les autres favorablement ? Et si l’on apprenait à pardonner ? Et si nous étions unis et multipliions les actes de bonté ? Et si nous ouvrions notre cœur à l’autre ? Et si nous essayions de trouver des circonstances atténuantes même lorsque la conduite de l’autre ne trouve pas grâce à nos yeux ? Et si nous nous empêchions de dire du Lachone Ara ?

 Et si nous méritions ainsi la délivrance dans la miséricorde ?

Continuons à prier pour Efraïm Tsvi Moché Ben Choulamite et Itaï Yaacov Ben Tsipora qui ont grandement besoin de nos prières pour guérir physiquement et psychologiquement du drame qui les a frappés.

Psaume 6 en phonétique : 
Lamnatséakh binguinot al hacheminit mizmor ledavid
Adonai al beapekhá tokhi'hêni, veal ba'hamatkhá téyassereni
'Honénou Adonai, ki oumlal ani, refaéni Adonai, ki niv’halou atsamai
Venafchi niv’halá méod, veata Adonai ad matai
Chouva Adonai, 'haltsá nafchi, hochiéni lemaan 'hasdékha
Ki en bamávet zikh’rekha, bicheol mi yodé lakh
Yagáti vean'hati, ass'hé vekhol laila mitati, bedim’ati arsi amssé
Achécha mikaas 'eni, atka bekhol tsorerai
Sourou mimeni kol poalé aven, ki chama Adonai kol bikhyi
Chama Adonai tekhinati, Adonai tefilati yikakh
Yevochou veyibahalou meod kol oyvaï yachouvou yevochou raga