Les plus lus

Hiloula

La Rabbanite Yemima Mizrahi dans une lettre à Ima Rahel : ‘’Pardon maman de ne venir te voir que pour pleurer’’

Il y a quelques années la Rabbanite Yemima Mizrahi a écrit une lettre à Ima Rahel : ‘’Nous te demandons pardon maman. Mille fois pardon’’. Des mots qui font frissonner mais qui sont toujours tellement actuels…

Crédit : Shutterstock
Maman, nous te demandons pardon mille fois.
J’aurais tellement voulu t’annoncer des joies…
Je sais depuis combien d’années tu attends
Qu’enfin ta fille, tout comme Rivka l’a annoncé à sa famille, coure vers toi à présent
Avec une profonde émotion elle te dirait :
‘’Maman, regarde ce que m’a donné cet invité, je suis fiancée !’’
 
A quel point attends-tu que ta fille, tout comme Sarah
Te murmure : ‘’D. me joue des tours maman : j’ai un petit être en moi !’’
A quel point, nous voir courir vers toi, tu aimerais
Et nous entendre te dire, comme Léa : ‘’Cette fois, c’est Hachem que je louerai !’’
Tu ne veux pas nous voir attendre et guetter
 
Pardon maman de ne venir te voir que pour pleurer.
Pardon de venir te voir alors que mes yeux sont déjà vidés.
Pardon de venir te voir les mains vides.
Maman, nous n’avons plus la force de cette attente avide…
 
Dans les mariages, où trouver la force de danser?
Nous voulons tellement, pour une fois être la mariée !
 
Notre sœur, comment ne pas la jalouser
Alors que dans ses bras, elle tient déjà un bébé ?
Et nous restons vidées.
Est-ce ainsi que l’on traite les délaissées ?
 
Ta fille a déjà pleuré à Pessa’h, à Pourim et lors des jours redoutables, ces jours en or !  
Elle a déjà essayé toutes les amulettes, rassemblé les mandragores
Et a visité tous les Tsadikim, depuis Rabbi Chimon jusqu’à Ouman !
Psaume, Ketoret et Perek Chira : elle en est fan !
 
Elle a pris son courage à deux mains
Pour réjouir sa sœur sans dédain.
Maman, quand D. va-t-Il enfin essuyer mon chagrin ?
Par une douce nuit, ses rêves sont plein d’espoir
Mais au petit matin, c’est Léa qu’elle semble voir !
 
Chère maman, nous savons que dans les Cieux
Tu te tiens face au trône céleste et que de tes yeux
Ce sont des torrents de larmes qui s’écoulent.
Tu ne bouges pas de cet endroit : Rahel pleure !
Les soldats de Plomb Durci t’entourent, telle une haie d’honneur
 
A tes côtés, Baba Elazar ainsi que la Rabbanite Kanievsky,
Le bébé Hadass Foguel et Leiby Kletsky
Ainsi que des milliers d’enfants, à présent là haut éternels,
Six millions de nos frères mêlés aux victimes du Carmel.
 
Hachem dira alors : ‘’Que faites-vous ici, enfants de l’épreuve ?’’
Et en tremblant, Maman Rahel répondra : ‘’Ils sont tous mes enfants !’’
‘’Tous ? Vraiment ?’’ ‘’Oui, vraiment !’’
Hachem décrètera alors : ‘’Qu’ils retournent vers leur frontière toute neuve !’’
 
Et c’est une grande assemblée qui reviendra, les filles et les fils enchantés,
La femme enceinte et l’accouchée,
Tous, épaule contre épaule marcheront vers toi
Vers Beth Léhem maman, vers toi !
Tous courront dans tes bras !
 
Et Hachem ramènera le cœur des parents vers leurs fils,
Et celui des fils vers leur père.
Et toi maman, tu te tiens de côté, en pleurs.
 
‘’Regarde Rahel’’ dira Hachem ‘’Ils sont revenus !
Alors pourquoi pleures-tu ?’’
Et pour la première fois tu diras :
‘’C’est normal. A présent je suis la mère des enfants, pleine de joie !
Em Habanim Smé’ha !