Les plus lus

Israel

Séparation filles/garçons à l'école : juste une question de religion ?

Une école laïque de Holon a décidé de séparer les filles et les garçons pour le cours de mathématiques. Vous serez surpris d’apprendre qui a pris cette initiative… Autant dire qu’ils ne portent ni kippa, ni barbe…

| 22.09.19 | 01:00
Crédit : Shutterstock
Au début de l’année scolaire, les parents d’élèves du collège  de Kiriat Sharet dans la ville de Holon ont été surpris de recevoir une circulaire contenant un message pour le moins inattendu. Et pour cause : les filles et les garçons seront séparés en deux classes distinctes pour le cours de mathématiques.
Il s’est avéré qu’également une autre école de Modiin ainsi qu’une école laïque de Jérusalem ont pris une décision semblable.

Qu’est ce qui peut bien mener une école sans aucune tendance religieuse à adopter une telle décision ?  

C’est sans aucun doute  une preuve scientifique qui en a été à l’origine. C’est du moins ce qu’a expliqué la directrice de l’école aux parents en début d’année : ‘’Les classes séparées permettent d’obtenir de meilleurs résultats. Des études scientifiques ont prouvé que les résultats des filles dans les classes supérieures sont meilleurs lorsqu’elles étudient dans des classes séparées, sans garçons autour’’.

Signalons ici que de nombreux ministères de l’éducation à travers le monde revendiquent les avantages réels de la séparation filles/garçons durant les études. En Israël, c’est un sujet de débat tout récent. Ces recherches prouvent par exemple que dans une classe où filles et garçons étudient ensemble, les filles auront tendance à participer beaucoup moins que si elles étaient dans une classe de filles et qu’elles redoutent de donner une mauvaise réponse devant des garçons.

Dans le livre la Révolution 3 du Rav Zamir Cohen (page 73 de la version en hébreu) il est également rapporté de nombreuses recherches scientifiques à ce sujet.

Le conseil municipal de Holon explique que cette décision entre dans le cadre d’un programme cherchant à mettre en valeur l’étude des mathématiques et à augmenter le nombre d’élèves présentant 5 unités de mathématiques pour le baccalauréat. En outre, ce programme sert surtout à mettre l’accent sur l’étude des mathématiques chez les filles. Ce programme s’appuie sur les nombreuses recherches scientifiques et académiques.
A la fin de l’année, les responsables feront le bilan de la réussite du programme, selon des critères bien définis.