Les plus lus

Education

Rav Zamir Cohen : J’ai refusé quelque chose à mon enfant, mais j’ai eu tort…

Que fait-on lorsque l’on se rend compte que notre refus s’est avéré réellement superflu ? Conseils pour les parents qui regrettent

| 16.09.19 | 01:00
Crédit : Shutterstock
Certaines fois (qui doivent tout de même arriver le plus rarement possible) nous refusons une chose à notre enfant  pour une raison ou une autre. Nous avons le droit dans de telles circonstances de revenir sur notre parole. Néanmoins, nous nous devons d’expliquer à l’enfant les raisons de ce changement de façon claire : ‘’Il me manquait ce détail. A présent que je suis au courant, je  suis d’accord, il n’y a pas de problème. Tu peux obtenir ce que tu as demandé. Ce que je veux par-dessus tout c’est que tu te sentes bien.’’
Il n’est pas interdit aux parents d’avouer qu’ils se sont trompés. Cela fait partie de l’éducation des enfants : leur apprendre à reconnaître les erreurs commises. Mais cela doit rester rare. Si les parents reviennent trop souvent sur leurs paroles, l’enfant pourra en venir à perdre sa confiance en eux. Il conclura qu’il ne peut compter sur eux ou sur leurs décisions.

Les parents : un front commun
Les parents qui transmettent un message commun à leurs enfants et qui affirment et maintiennent les mêmes positions sont sur la bonne voie pour une éducation réussie. Les divergences d’opinions ou les messages contraires entre parents provoquent chez les enfants un effet déstabilisant et ils se montrent alors moins obéissants. Chaque enfant comprend vite et bien vers qui il doit se tourner pour obtenir telle ou telle chose : il se dirigera évidemment vers celui qui accèdera facilement à sa demande. Ainsi, pour toute demande qui sort de l’ordinaire ou qui éveille un doute, les parents doivent prendre l’habitude  de répondre : ‘’Je vais en parler avec papa (ou maman) et je te répondrai’’.

Le parent qui se trompe
Comment faire lorsque l’un des deux parents pense que l’autre s’est trompé dans son refus ou dans son acceptation de la demande de l’enfant ? Comment réagir ? Même si l’on souhaite ardemment réparer l’erreur commise envers l’enfant, il faut faire preuve de retenue. En aucun cas nous ne devons parler à l’enfant contre la décision prise par le conjoint. Agir ainsi ne fera qu’entraver l’autorité parentale et les dommages causés par une telle réaction seront beaucoup plus importants que l’erreur elle-même. Les enfants auront vite fait de catégoriser les parents en qui est ‘’gentil’’ et qui est ‘’méchant’’. Ainsi, si la mère de famille découvre que le père a commis une erreur envers l’enfant, elle lui indiquera discrètement qu’elle souhaite s’entretenir avec lui en privé et ce n’est que lorsqu’ils seront hors de la présence des enfants qu’elle pourra lui expliquer quelle a été son erreur. En sortant, le père s’adressera à son enfant en lui disant : ‘’Maman m’a expliqué une chose que j’ignorais, et à présent je pense autrement’’.