Les plus lus

Devarim

Paracha Express' : Parachat Dévarim

N'attendons pas les remontrances pour comprendre qu’Hachem nous parle dans chaque événement de notre vie.  

Crédit : Shutterstock
Pour la guérison de mon mari Yehouda ben Simha yehi

Le mot "Devarim" vient du mot "Daber" qui signifie "parler".

"Voici les paroles que Moché adressa à tout Israël en deça du Jourdain dans le désert, dans la steppe en face de Souph, entre Paran et Tophel. Il y a onze journées depuis le Horev en passant par la montagne de Seir, jusqu'a Kadech-Barnéa".

"Voici les paroles que Moché adressa", se rapporte à la première partie du livre de Dévarim qui contient la morale et les remontrances.
Comme il est expliqué dans( Chemot 4.12) « Hachem dit :"Ma parole atteindra ta bouche comme une flèche". Le Zohar observe de son côté  que "la présence divine parlait à travers la bouche de Moché.

Et pourtant, avant de recevoir la Torah, Moché disait :" J'ai la langue embarrassée, je ne peux pas parler". Mais à la fin de sa vie, ayant reçu la Torah et l’ayant étudiée pendant 40 ans, il exposa à tout Israël le long contenu du livre de Dévarim dont la première phrase proclame :"Et voici les paroles que Moché adressa à tout Israël (Dévarim 1).

Le Ramban émet l'idée que ce livre de Dévarim s’adresse à la génération qui entre en Israël. La Torah lui donne donc à cet effet de nouvelles prescriptions.
Rabbénou Bé’hayé explique par contre que le livre de Dévarim s’adresse surtout à ceux qui viendront un jour y habiter pour toujours, après la délivrance finale. Ceci indique que ce livre n'a pas de rapport avec le passé, mais qu’il lui appartient quand même, tel un Etrog qui n'est pas lié au Loulav tout en en faisant néanmoins partie.

Pourquoi les enfants d'Israël durent passer 40 ans dans le désert avant d’entrer en terre d’Israël alors qu'il suffisait de très peu de jours pour y arriver ?

Tout simplement pour nous faire comprendre l'importance de la parole, des plaintes. Pour nous montrer les conséquences de l’ingratitude envers toutes les bontés qu’Hachem nous prodigue, comme il est écrit dans le second verset de la paracha : "Onze jours depuis le Horeb".

Les commentateurs expliquent que ce temps passé dans le désert était destiné à faire comprendre aux enfants d’Israël la gravité de leurs fautes.
Comme explique Rachi :"Voyez combien la présence divine s'est employée à hâter votre entrée dans le pays (ils ont mis trois jours au lieu des onze nécessaires pour parvenir à l’entrée de la terre sainte), parce que vous avez fauté, elle vous a fait tourner 40 ans autour du Mont Seir".

Nous comprenons de cette explication l'importance de ce qui sort de notre bouche.  Apprenons à reconnaitre que tout ce que nous passons est pour notre bien afin de pouvoir nous corriger tout en remerciant Hachem qu'il nous attribue  des possibilités de nous découvrir nous-mêmes pour être meilleurs.

N'attendons pas les remontrances pour comprendre qu’Hachem nous parle dans chaque événement de notre vie.
 
Chabbat Chalom
Revital Tsadok