Les plus lus

Education

Rav Zamir Cohen : Un enfant à qui tout est permis est-il plus heureux ?

Que manque t-il à un enfant dont les parents n’imposent aucune limite ?

| 06.08.19 | 01:00
Crédit : Shutterstock
La nature faible de certains parents les empêche de fixer les limites nécessaires pour éduquer leurs enfants. Ils ne parviennent pas à exiger d’eux un minimum d’écoute sur des sujets élémentaires comme se coucher à l’heure, ne pas exagérer dans la consommation de bonbons, ranger leur chambre ou autre. D’autres parents ne fixent aucune limite, non pas par faiblesse mais en pensant justement qu’en laissant l’enfant libre et en ne lui imposant aucune limite il sera plus épanoui et plus heureux.

Les parents à faible caractère doivent, dans un premier temps, commencer par s’habituer à effectuer de simples demandes, faciles à accomplir pour l’enfant. Ils apprendront ainsi à rester fermes sur leurs positions jusqu’à ce que l’enfant leur obéisse. Au fur et à mesure, parents et enfants s’habitueront à cette nouvelle forme d’autorité : ferme, mais pleine d’amour.

Les parents qui, en revanche pensent bien faire en laissant leurs enfants agir comme bon leur semble et en comblant le moindre de leurs désirs commettent une grande erreur. Un homme riche que rien n’empêche d’acheter de nouveaux rideaux ou de changer tout son salon n’éprouve pas du tout la même satisfaction que celui qui peine pour sa subsistance et qui a économisé petit peu par petit peu pour pouvoir s’offrir ce qu’il souhaitait.

Le Rav Tsion Lévy zatsal, ancien Rav du Panama, a un jour raconté qu’à l’époque du mandat britannique à Jérusalem,  lorsqu’il était enfant, lui et ses amis éprouvaient un très grand plaisir et une profonde satisfaction en goûtant, un jour, un concombre qu’ils n’avaient pas pu manger pendant une année entière car il n’y en avait tout simplement pas…

Même si des parents sont financièrement aisés et peuvent accéder à tous les désirs de leur enfant, s’ils recherchent réellement le bonheur de leur enfant, ils doivent freiner leurs dons. Ils doivent laisser l’enfant se confronter à une situation dans laquelle il ne reçoit pas ce qu’il veut au moment où il veut. L’enfant se confrontera à des limites infranchissables. Il devra faire des efforts pour obtenir ce qu’il souhaite. Il devra agir et prendre ses responsabilités. Un enfant qui obtient tout ce qu’il désire sans aucun effort subit de grands dommages :
  1. Il lui manque l’espoir nécessaire, condition sine qua non au bonheur et à la satisfaction. Il perd goût  à tout car tout lui est accessible sauf s’il va jusque chercher des sensations extrêmes on sait où…
  2. L’habitude de recevoir tout, tout de suite, le laissera penser à ce que tout se passe ainsi dans sa vie. Mais en grandissant, il s’apercevra bien vite que le monde ne fonctionne pas du tout de cette manière. Il sera déçu et frustré, plein d’amertume et en colère.
Outre la déception de l’enfant, les parents seront les premiers à subir les conséquences d’un tel comportement. A l’adolescence –et souvent même, bien avant-l’enfant se rebelle et les parents sont témoins de scènes de colère voire même de violence verbale ou autre.
 
Tiré du livre du Rav Zamir Cohen ‘’Le guide complet de l’éducation des enfants’’