Les plus lus

Opinion

Sivan Rahav Méïr en réaction aux manifestations de la communauté éthiopienne en Israël

Toutes les grandes villes d'Israël ont été le théâtre hier nuit de nombreuses manifestations et violences en réaction à l'assassinat de Salomon Teka, jeune éthiopien de 19 ans. Comme à son habitude, la journaliste Sivan Rahav Méïr fait un parallèle entre les événements actuels et la Paracha de la semaine.

Tel-Aviv hier soir (Crédit : Flash 90)
Il est tellement triste de voir tant de violence. Tellement triste de constater une telle bavure policière.

Dans notre Paracha, nous nous séparons de deux grands dirigeants : Aharon le grand prêtre  et Moché qui apprend qu’il ne pourra entrer en terre promise.

Il semble que ces deux évènements, ces deux personnalités que sont Aharon et Moché nous font signe. Ils nous indiquent quelles sont les qualités que les dirigeants d’une société doivent posséder. Aharon est le symbole de la bonté. Il est connu comme quelqu’un ‘’’qui aime la paix’’ et même ‘’qui poursuit la paix’’ en Hébreu ‘’Ohev chalom Vérodef Chalom’’. Quelle belle expression : poursuivre la paix ! Tout comme on dit de quelqu’un qu’il est à la poursuite de la célébrité ou à la poursuite de l’argent, Aharon, lui, est à l’affut de la paix. Il la poursuit activement et sans relâche. Il va et vient entre les campements d’Israël pour rétablir la paix.

Il est tellement important d’écouter ceux qui sont en détresse, ceux qui ont le sentiment de discrimination, de frustration et de leur procurer plutôt un sentiment d’appartenance.

Aux côtés d’Aharon se trouve également Moché qui lui, s’identifie plutôt à l’attribut de vérité, de justice. Moche présente et explique la Torah  et son système  social  qui défend un ordre constructif. Il ya des lois et il faut les respecter : il y a une législation et un ordre pour le bien-être de tous, il y a des contraintes et des peines. En aucun cas il n’est possible de tolérer la violence et l’anarchie. Il est impensable de prendre en otage des millions de simples citoyens à cause d’une protestation virulente.

Certains de nos commentateurs comparent Aharon au cœur de l’homme  et Moché au cerveau humain. Dans notre vie quotidienne, nous devons tous agir avec ces deux éléments.
Et la société israélienne devrait elle aussi se munir de ces deux caractéristiques afin de guérir ses blessures et pouvoir aller de l’avant.