Les plus lus

Développement de la personalité

Comment une petite attention peut sauver une vie

Ce qu’un mot de sympathie et d’encouragement peut apporter à l’autre

| 20.05.19 | 01:00
Crédit : Shutterstock
Nos relations avec les gens qui nous entourent peuvent parfois, et même souvent nous ouvrir des portes dont on n’ignorait même l’existence.
De même, il nous est impossible de savoir comment notre approche envers quelqu’un peut avoir une influence  même des années plus tard.
 
Moché rentre de l’école. Un garçon plus jeune, nommé Avi,  passe devant lui, très chargé. Il a dans ses mains, des livres, deux pulls, un petit poste de radio et un ballon de foot. Soudain, Avi trébuche et tout lui échappe des mains. Moché se dirige vers lui d’un pas rapide et l’aide à ramasser ses affaires.
Avi, qui est comme nous l’avons dit plus jeune, est quelque peu intimidé en voyant un garçon plus âgé faire attention à lui. 
Les deux garçons commencent à discuter et Avi lui fait part, comme à un grand-frère, de ses difficultés. Il lui raconte qu’il n’a pas vraiment d’amis, qu’il a beaucoup de mal à l’école et qu’à la maison, il est comme la ‘’déception’’ de la famille.
Les jours passent et Moché et Avi deviennent de très bons amis.
 
Quelques années plus tard, Avi termine ses études et il invite Moché à la remise des diplômes. A la fin de la réception, Avi dit à Moché :
‘’Tu te rappelles de notre première rencontre ?’’
Un sourire fend les lèvres de Moché. ‘’Oui, bien sûr ! Tu avais plein de choses dans le mains et tout est tombé !’’
Avi  lui, ne sourit pas. Il a l’air très sérieux.
‘’Tu ne t’es jamais demandé pourquoi je transportais tant de choses ce jour-là ? Et bien je vais te le dire. Ce même jour, j’avais décidé de quitter l’école parce que les autres n’arrêtaient pas de se moquer de moi, parce que je ne réussissais à rien dans la vie. J’étais brisé. Je ne voulais pas seulement quitter l’école, mais tout quitter, si tu vois ce que je veux dire... Je sentais que je n’avais plus la force de rien.
Et c’est là que tu es venu vers moi. Souriant, sympathique. Tu m’as proposé de m’aider et tu as ramassé mes livres. Tu m’as parlé d’égal à égal, même si tu étais plus âgé que moi.
C’est là qu’une lumière s’est allumée en moi .Et cette lumière s’est intensifiée et renforcée avec le temps grâce à toi. C’est ce qui m’a permis de tenir jusqu’à aujourd’hui. Tous les mots du monde ne suffiraient pas pour te remercier. Je veux que tu saches qu’en ramassant mes livres, tu m’as ‘’ramassé’’ à moi aussi. Tu m’as ramené à la vie. Merci. ‘’
 
Un seul mot d’encouragement peut construire un homme. Et ce mot, nous ignorons comment un jour, il revient vers nous.