Les plus lus

Questions au Rav

Questions au Rav

Goûter un plat de lait pour un bébé avant la fin des six heures ; Bénédiction sur des croûtons ; Se regarder dans un miroir pour un homme

| 12.05.19 | 01:00
Crédit : Shutterstock
J’ai mangé de la viande et, moins de six heures après je prépare une bouillie au lait pour mon bébé. Je veux vérifier si la bouillie n’est pas trop chaude, ai-je le droit d’en goûter sans avaler (en recrachant juste après) ?
A priori, de façon générale, on ne doit pas même goûter du lait jusqu’à la fin des six heures même si nous avons l’intention de recracher et de ne pas avaler (de peur d’oublier et d’avaler quand même) (Ben Ich ‘Haï, Parachat Emor, deuxième année, lettre 9). En revanche, si c’est pour vérifier la température ou l’assaisonnement pour un bébé, on a le droit de goûter et l’on ne craint pas d’avaler (Avo Béteikha du Rav Aharon Ben Adiva chlita, page 3 au nom du Rivevot Efraïm, tome 8, siman 321 ; Yalkout Yossef, Lois de Bassar et ‘Halav page 382).
 
J’ai l’habitude de préparer des croûtons avec le pain qu’il me reste. Quelle bénédiction réciter sur ces croûtons ?
Pour préparer des croûtons, on coupe généralement le pain en petits cubes qui n’ont pas la quantité d’un Kazayit. Ainsi, si l’on fait frire ces croûtons, la bénédiction devient Mézonot (Choul’han Aroukh, siman 168, seif 10).
En revanche, certains préparent les croûtons en les aspergeant d’huile d’olive et en y ajoutant des épices puis les font cuire au four. Dans ce cas, le pain n’ayant pas été frit, la bénédiction reste Motsi.

Se regarder dans le miroir pour un homme : cela pose t-il problème ?
Bien qu’il soit rapporté dans le Choul’han Aroukh (Yoré Déa, siman 156, séif 2 et siman 182 seif 6) qu’il est interdit pour un homme de se regarder dans un miroir sauf pour se couper les cheveux ou pour des raisons médicales, de nos jours, tout le monde a l’habitude de se regarder dans un miroir et il n’y a pas d’interdit (Rama et Rav Ovadia Yossef dans Yé’havé Daat, tome 6, siman 49).