Les plus lus

Ki Thissa

Paracha Express' : Parachat Ki Tissa

Ce demi-chéquel c’est aussi l'image de l'union du peuple : chacun de nous est garant de l'autre.

Crédit : Shutterstock
A la fin de la Paracha précédente, Hachem dit : « Je sanctifierai la Tente d'assignation et l'autel ; Aaron et ses fils, Je les sanctifierai aussi, pour qu'ils officient pour Moi. Et Je résiderai au milieu des enfants d'Israël", et Je serai leur D… »

 Puis, vient la description de l'autel pour la combustion des encens ‘’et Aaron fera monter l'encens aromatique, chaque matin et chaque soir au moment de l'allumage de la Ménorah’’.

Le décor est planté, les acteurs sont là et savent quel est leur rôle. Une atmosphère particulière est également créée avec les lumières de la Ménorah et les parfums.

Dans notre Paracha, Moché reçoit l'ordre de D. de procéder au décompte des enfants d'Israël. Chacun doit payer le rachat de sa personne lors du dénombrement, à savoir la moitié d’un sicle. C'est ce que l’on appelle le "Ma'hatsit Ha Chekel" que l’on pratique également lors de la fête de Pourim.

Le dénombrement du peuple grâce au demi-chéquel est une protection contre les mauvais regards. Mais ce demi-chéquel c’est aussi l'image de l'union du peuple : chacun de nous est garant de l'autre.

Le riche, tout comme le pauvre, paye la moitié d'un sicle, affirmant ainsi que chacun dépend des autres, chacun représente une partie d’un tout. Il est bien connu que l'union fait la force sur le plan physique mais aussi et surtout sur le plan spirituel.

C'est bien cela qu’Ha Kadoch Barou'h Hou attend de nous !