Les plus lus

Développement de la personalité

Myriam Mettoudi : L’ART D’ETRE SOI-MÊME

Afin de voir cette flamme briller chez l’autre il  faut d’abord que je  m’autorise à être à ma propre écoute, à l’écoute de cette petite voix intérieure qui est là pour me guider vers Hachem et vers moi-même !

| 13.02.19 | 14:53
Myriam Mettoudi : L’ART D’ETRE SOI-MÊME
Nous sommes tous artistes dans l’âme ! 

Or un véritable artiste est celui qui va savoir créer à partir de ses passions, de ses ressources, de ses talents, faire ce qu’il  a vraiment envie de faire. Un artiste, c’est celui qui sait faire vibrer sa flamme, qui cherche à transmettre aux autres ce qu’il aime, celui dont les yeux brillent en évoquant sa passion et qui fait aussi briller les nôtres et nous donne l’envie de devenir !

Un artiste en hébreu se dit Ouman qui vient du mot Emouna, la Foi.

Il est évident que pour laisser exister son être, sa Nechama, il faut y croire profondément. Il faut avoir confiance dans le fait qu’Hachem croit en nous et en notre potentiel. D’ailleurs nous le mentionnons tous les jours dans les bénédictions du matin : Modé Ani (Je Te remercie)= Béhemla Rabba Emounatekha = car Ta foi en nous est très grande et Tu es plein de compassion,  (et c’est la raison pour laquelle) Tu nous rends notre Néchama, car seul Toi Hachem connais les tréfonds de notre âme !
Nous voyons également que dans le psaume 78, 7, le roi David nous dit :
''מוציא אסירים בכושרות" 

« Il rend la liberté avec le bien-être aux prisonniers ».

Si nous décomposons le mot ‘’Bakocharot’’ (avec le bien-être) apparaissant dans ce verset, il peut être lu Bé’hi (pleur) ou Béchir (chant)! Cela signifie qu’une personne a le choix d’utiliser son potentiel soit en Bé’hi, en pleurs (si elle ne s’en sert pas), soit en Chir (en chantant si elle s’en sert). A quoi cela me sert-il de posséder du talent, encore faut-il l’exploiter et le dévoiler au grand jour ! Car à partir du moment où une personne est passionnée par ce qu’elle fait, qu’elle est Mitlahevet (enthousiaste), cela l’aide à accomplir le reste avec d’autant plus d’entrain ! Aussi bien matériellement que spirituellement ! Dans le mot Hitlahavout nous retrouvons le mot Léhava, la flamme et Hachem attend de nous justement qu’on Le serve comme un feu,  comme une flamme, כאש  dont les initiales forment les mots suivants : 

כ=כוונה= Kavana = intention
א=אהבה= Ahava = amour
ש=שמחה= Sim’ha = joie

Cette passion pour laquelle j’ai été créé, qui doit évidemment être en adéquation avec la volonté d’Hachem, doit me permettre d’aider l’autre à se reconnecter  à lui-même à travers ce que j’aime moi-même et ainsi l’aider à découvrir lui-même ce qu’il aime !
En quelque sorte, c’est faire don de sa lumière personnelle, faire exister la partie Divine qui se trouve en nous et qui ne nous laissera pas tranquille tant que l’on ne se sera pas trouvés nous-mêmes. Afin de voir cette flamme briller chez l’autre il  faut d’abord que je  m’autorise à être à ma propre écoute, à l’écoute de cette petite voix intérieure qui est là pour me guider vers Hachem et vers moi-même !

Je dois comprendre que le monde ne changera que lorsque mon monde changera, lorsque je me reconnecterai à ma source intérieure qui est tout simplement source ultime de joie, cette vraie joie qui perdure et non pas celle qui est temporaire comme l’effet du vin. Je me dois donc de changer d’abord ma perception des choses, de mon environnement,  et si je veux voir et vivre le paradis là-haut il faut d’abord se le créer en soi-même.
 
Myriam Mettoudi, conférencière en Israël et en France, en Hébreu ou en français. Madrikhat Cala/Hafrachat ‘Halla/Préparation à l’accouchement/Coaching personnel à travers la Torah/Ateliers de développement personnel. Téléphone : +972 52 520 14 74 (Possibilité par Whatsapp)