Les plus lus

Femmes

’’Après une demi-heure, il ne reste plus rien de mon ménage !’’

''Mère de plusieurs garçons, comment gérer le désordre dans la maison ? Une demi-heure après l'arrivée des enfants, il ne reste plus rien de mon ménage ! C'est désespérant !''

Crédit : Shutterstock
‘’Bonjour, je suis mère d’une série de garçons pleins d’entrain et de vigueur dont les âges s’étalent de 2 à 10 ans. Je suis très heureuse dans mon rôle de mère et leur éducation est pleine de défis intéressants à relever. Néanmoins, ces derniers temps, je sens que j’ai du mal à faire face au désordre qu’ils laissent dans leurs chambres : on dirait un véritable champ de bataille ! Chaque jour, je range et je nettoie et une demi-heure après leur retour de l’école, il ne reste plus rien de tout mon travail. Cela est vraiment déprimant !


Bonjour à vous.

Tout d’abord, il est déjà louable que vous arriviez à déceler la bénédiction d’Hachem et que vous sachiez Le remercier d’avoir été bénie de ces précieux cadeaux…

Comme vous l’avez dit vous-mêmes, élever des garçons, et qui plus est, une ‘’série’’ de garçons, est une mission pleine de défis.

Pour répondre à votre question, il est important de prendre le temps de réfléchir clairement : quels sont vos objectifs ?
La réalité que vous décrivez actuellement peut conduire à une détérioration dans l’ambiance de la maison, dans la chaleur de votre foyer. Ce que vous souhaitez c’est une maison rangée et propre où il y fait bon vivre. Mais finalement, en essayant d’atteindre ce ‘’rêve’’, une tension se crée, et cela n’est facile à vivre pour personne…

A mon avis, il y a une certaine sagesse dans le dicton ‘’le malheur des uns est une demi-consolation’’. Prenons votre cas. Si vous savez que statistiquement parlant, la majorité des garçons se comporte ainsi, et que leur chambre ressemble 90% du temps à un champ de bataille, cela sera moins difficile pour vous d’accepter votre réalité. Vous comprendrez ainsi que c’est leur nature.

Alors, nettoyez légèrement, ce qui est indispensable (le ménage de printemps, laissez-le pour Pessa’h) et concentrez-vous plutôt sur ce qu’il y a de beau et d’intéressant dans leur éducation. Essayez de conserver l'atmosphère de sérénité qu'il est tellement important de préserver. C’est ainsi que vous éviterez ces sentiments de frustration que vous éprouvez aujourd’hui  et que vous serez moins critique envers eux de façon constante. (Bien entendu, il n’est pas exclu de prier pour eux et de leur apprendre à s’améliorer avant que leurs femmes ne les éduquent…)

Esther Nezri, thérapeute EFT et imagerie guidée, écrivain et conférencière