Science et Torah

Quand Jordan Feng, 15 ans, de Hong Kong, a décidé de créer sa première start-up, il n'avait que neuf ans

L'idée qu'il a ensuite conçue: un logiciel d'auto-apprentissage que tout le monde peut parcourir en ligne. Il est actuellement en Israël dans le cadre d'un concours spécial pour les jeunes, au cours duquel il présentera son brevet unique

| 24.12.17 | 13:52
Quand Jordan Feng, 15 ans, de Hong Kong, a décidé de créer sa première start-up, il n'avait que neuf ans
Quand Jordan Feng, 15 ans, de Hong Kong, a décidé de créer sa première start-up, il n'avait que neuf ans. L'idée qu'il a ensuite conçue: un logiciel d'auto-apprentissage que tout le monde peut consulter en ligne. Étonnamment et contre toute attente, l'initiative est allée au-delà de ce qui était prévisible, et aujourd'hui Young Peng est à la tête d'une entreprise qui promeut les technologies éducatives pour les villes intelligentes.
Feng est arrivé en Israël ces derniers jours dans le cadre d'une compétition internationale pour les jeunes dédiée à la mémoire du sous-lieutenant Shira Tzur, qui a été tué dans l'attaque terroriste à Armon Hanatziv à Jérusalem. Liora Kalish, qui a conçu et mis en œuvre l'idée, a réuni 60 jeunes du monde entier qui présenteront leurs projets dans divers domaines tels que la science, la technologie, l'environnement, la santé, la nutrition et plus encore.
La concurrence Classifications est maintenue pendant une année (!) entière  et les participants, y compris Feng et son équipe ont choisi différents juges dont le professeur Abram Hershko, qui a remporté le prix Nobel de chimie. Ce qui a impressionné le professeur Hershko, ainsi que les autres juges qui ont sélectionné  Feng, était son invention extraordinaire - un robot qui avertirait les peuples d'Afrique contre la pollution des rivières.
"Le robot va flotter sur l'eau, recueillir des informations importantes telles que le niveau de  pollution et alerter les résidents quand il s'agit d'eau non potable", explique Peng. Les informations qu'il a collectées sont transférées vers des serveurs cloud pour une analyse automatique, à la fin de laquelle il sera décidé si l'eau peut être bu ou non.
 
Les plus lus
https://www.hidabroot.fr/