Culture

    Téchouva à Hidabrout: Le nouveau chapitre du livre de Chira.

    Des questions existentielles ne cessaient de tracasser Chira, élève au secondaire d'une école laïque. Puis un livre qui arrivait entre ses mains lui montrait la bonne direction, et la chaine Hidabrout complétait le processus.  

    testArray ( [type] => article [id] => 192956 [title] => Téchouva à Hidabrout: Le nouveau chapitre du livre de Chira. [short_text] => Des questions existentielles ne cessaient de tracasser Chira, élève au secondaire d'une école laïque. Puis un livre qui arrivait entre ses mains lui montrait la bonne direction, et la chaine Hidabrout complétait le processus.   [content] =>
     
    Téchouva à Hidabrout:
    Le nouveau chapitre du livre de Chira.
    Des questions existentielles ne cessaient de tracasser Chira, élève au secondaire d'une école laïque. Puis un livre qui arrivait entre ses mains lui montrait la bonne direction, et la chaine Hidabrout complétait le processus.
     
    Elle se tenait figée sur place. Elle jetait des regards furtifs à droite et à gauche et se sentait de trop, elle essayait de chasser cette voix interne qui la hantait : 'que fais-tu ici ? Rentre à la maison, là où tu appartiens véritablement'.
     
    "D'accord mais où se trouve exactement cet endroit ?  Je n'en avais pas la moindre idée. Cette voix interne continuait à me supplier mais je continuais à l'ignorer et à la refouler", raconte Chira M qui réside dans le Nord du pays. "A 5 heures du matin je rentrais dans mon lit, épuisée sans trop prêter attention à ce qui se passait dans mon for intérieur. Ma nature a toujours été joyeuse et effervescente, j'ai toujours aimé chanter danser et me réjouir. Je savourais la vie d'un coup. Alors que se passait il ? D'où venaient toutes ces questions existentielles ?  Je n'avais pas d'explication".
     
    Elle arrangeait son oreiller et ses préparait à dormir pendant 3 heures au bout desquelles elle avait un cours de citoyenneté. Mais une minute avant d'éteindre sa lampe de chevet, son regard tombait sur un livre posé sur la table de nuit. Il s'agissait du livre 'Méchivat Nefesh' (sérénité de l'âme). Je ne comprenais pas d'où il avait atterri sur ma table de nuit, mais néanmoins je commençais à lire : 'adopter et renforcer toutes les âmes lasses en les informant que quel que soit leur état présent, elles peuvent toujours revenir vers Lui, qu'Il soit béni.'
     
    Elle fermait le livre les larmes aux yeux. C'est bien plus tard qu'elle comprit qu'il s'agissait d'un signe présageant le nouveau mode de vie qui suivrait." Et c'est ce qui se passait nuit après nuit sur une période assez longue. Puis j'ai décidé de participer à un cours de Tora. Le cours de Tora était présenté par un jeune qui avait lui-même fait le parcours de la Téchouva et comprenait le monde des jeunes gens séculiers. "Au début il était très difficile de se renforcer car les copains de classe se riaient de moi, ils ont même essayé de me convaincre qu'il s'agissait d'une folie. Certains ont même coupé les ponts, mais tout cela ne m'empêchait pas de me renforcer et de prendre sur moi de plus en plus de commandements tels qu'une apparence modeste. Par le mérite de conférences que je regardais sur la chaine Hidabrout je commençais à fréquenter la synagogue et à m'éloigner de publics mixtes.
     
    Par le mérite de son renforcement son ami de classe décidait de la suivre et tous les 2 s'engageaient à éviter tout contact physique. "Jusqu'au jour où j'avais 18 ans et qu'il me présentait une bague de 200 shekels qu'il avait acheté avec le salaire qu'il gagnait à l'armée. Il me proposait le mariage, se rappelle Chira. Elle acceptait sa proposition et aujourd'hui ils sont parents de 3 enfants adorables qui étudient tous dans des institutions Toraniques.
     
    Quel est son message pour des personnes hésitantes à franchir ce pas ? "Tout le monde rencontre des difficultés. Nous même avons attendu longtemps avant d'avoir un enfant.
    Mais celui qui marche main dans la main avec Hachem ne rencontre aucune déception. Nous avons réussi par la grâce de Dieu à surmonter toutes les difficultés et nous sommes réellement heureux de la voie que nous avons choisie, alors pourquoi n'essaierez-vous pas d'emprunter le même chemin ?
     
    Si vous désirez partager l'histoire de votre Téchouva, contactez-nous par mail à: shira@htv.co.il
     
     
     
     
      [pic] => 25575 [date_created] => 2017-03-19 15:53:00 [writer] => 55951 [tags] => |57540||57541| [categories] => 51003,54021,54022 [category] => 51003 [classname] => Téchouva à Hidabrout: Le nouveau chapitre du livre de Chira. [is_active] => 1 [is_woman] => 0 [override_link] => [pic_text] => [seo_title] => Des questions existentielles ne cessaient de tracasser Chira, élève au secondaire d’une école laïque. Puis un livre qui arrivait entre ses mains lui montrait la bonne direction, et la chaine Hidabrout complétait le processus.   [item_type] => article [item_id] => 192956 [list_type] => mgz_cat [list_id] => 51003 [link] => https://www.hidabroot.fr/article/192956/Téchouva-à-Hidabrout-Le-nouveau-chapitre-du-livre-de-Chira [top_section] => 51003 ) 1
    | 19.03.17 | 15:53
    Téchouva à Hidabrout: Le nouveau chapitre du livre de Chira.

     
    Téchouva à Hidabrout:
    Le nouveau chapitre du livre de Chira.
    Des questions existentielles ne cessaient de tracasser Chira, élève au secondaire d'une école laïque. Puis un livre qui arrivait entre ses mains lui montrait la bonne direction, et la chaine Hidabrout complétait le processus.
     
    Elle se tenait figée sur place. Elle jetait des regards furtifs à droite et à gauche et se sentait de trop, elle essayait de chasser cette voix interne qui la hantait : 'que fais-tu ici ? Rentre à la maison, là où tu appartiens véritablement'.
     
    "D'accord mais où se trouve exactement cet endroit ?  Je n'en avais pas la moindre idée. Cette voix interne continuait à me supplier mais je continuais à l'ignorer et à la refouler", raconte Chira M qui réside dans le Nord du pays. "A 5 heures du matin je rentrais dans mon lit, épuisée sans trop prêter attention à ce qui se passait dans mon for intérieur. Ma nature a toujours été joyeuse et effervescente, j'ai toujours aimé chanter danser et me réjouir. Je savourais la vie d'un coup. Alors que se passait il ? D'où venaient toutes ces questions existentielles ?  Je n'avais pas d'explication".
     
    Elle arrangeait son oreiller et ses préparait à dormir pendant 3 heures au bout desquelles elle avait un cours de citoyenneté. Mais une minute avant d'éteindre sa lampe de chevet, son regard tombait sur un livre posé sur la table de nuit. Il s'agissait du livre 'Méchivat Nefesh' (sérénité de l'âme). Je ne comprenais pas d'où il avait atterri sur ma table de nuit, mais néanmoins je commençais à lire : 'adopter et renforcer toutes les âmes lasses en les informant que quel que soit leur état présent, elles peuvent toujours revenir vers Lui, qu'Il soit béni.'
     
    Elle fermait le livre les larmes aux yeux. C'est bien plus tard qu'elle comprit qu'il s'agissait d'un signe présageant le nouveau mode de vie qui suivrait." Et c'est ce qui se passait nuit après nuit sur une période assez longue. Puis j'ai décidé de participer à un cours de Tora. Le cours de Tora était présenté par un jeune qui avait lui-même fait le parcours de la Téchouva et comprenait le monde des jeunes gens séculiers. "Au début il était très difficile de se renforcer car les copains de classe se riaient de moi, ils ont même essayé de me convaincre qu'il s'agissait d'une folie. Certains ont même coupé les ponts, mais tout cela ne m'empêchait pas de me renforcer et de prendre sur moi de plus en plus de commandements tels qu'une apparence modeste. Par le mérite de conférences que je regardais sur la chaine Hidabrout je commençais à fréquenter la synagogue et à m'éloigner de publics mixtes.
     
    Par le mérite de son renforcement son ami de classe décidait de la suivre et tous les 2 s'engageaient à éviter tout contact physique. "Jusqu'au jour où j'avais 18 ans et qu'il me présentait une bague de 200 shekels qu'il avait acheté avec le salaire qu'il gagnait à l'armée. Il me proposait le mariage, se rappelle Chira. Elle acceptait sa proposition et aujourd'hui ils sont parents de 3 enfants adorables qui étudient tous dans des institutions Toraniques.
     
    Quel est son message pour des personnes hésitantes à franchir ce pas ? "Tout le monde rencontre des difficultés. Nous même avons attendu longtemps avant d'avoir un enfant.
    Mais celui qui marche main dans la main avec Hachem ne rencontre aucune déception. Nous avons réussi par la grâce de Dieu à surmonter toutes les difficultés et nous sommes réellement heureux de la voie que nous avons choisie, alors pourquoi n'essaierez-vous pas d'emprunter le même chemin ?
     
    Si vous désirez partager l'histoire de votre Téchouva, contactez-nous par mail à: shira@htv.co.il
     
     
     
     
     
    Les plus lus
    https://www.hidabroot.fr/