Actualité

    Il a raté le scoop de sa vie pour respecter le shabbat

    Le journaliste religieux du 'Wall Street journal'' Grégory Zuckerman a récemment raté le scoop de sa vie, pour préserver le caractère sacré du jour du sabbat. Bien qu'il ait travaillé sur le sujet pendant des mois, il ne le regrette pas un instant. "Peu importe de quelle information sensationnelle il s'agit, je ne profanerais jamais le shabbat"

    testArray ( [type] => article [id] => 192370 [title] => Il a raté le scoop de sa vie pour respecter le shabbat [short_text] => Le journaliste religieux du 'Wall Street journal'' Grégory Zuckerman a récemment raté le scoop de sa vie, pour préserver le caractère sacré du jour du sabbat. Bien qu'il ait travaillé sur le sujet pendant des mois, il ne le regrette pas un instant. "Peu importe de quelle information sensationnelle il s'agit, je ne profanerais jamais le shabbat" [content] => Une nouvelle vidéo publiée récemment sur YouTube, ouvre une fenêtre sur le travail du journaliste juif pratiquant Gregory Zuckerman employé du quotidien "The Wall Street Journal", et met en lumière l'activité d'un juif respectueux des mitsvoth dans un média américain. L'une des questions les plus intéressantes abordées était de savoir comment il parvenait à couvrir chaque jour la situation financière mondiale, et surtout comment il s'y prenait pour décrypter l'actualité monétaire le vendredi avec l'entrée du shabbat.
    Zuckerman ne cache pas que par le passé, c'était très difficile pour lui. "Mais quand il n'y a pas de choix, vos collègues comprennent la situation et vous respectent" dit-il. Se référant au fait qu'il travaillait dans un journal loin de toute pratique juive, il ajoute que précisément parce qu'il était un Juif pratiquant, il gagnait la sympathie et l'admiration de ses collègues.

    "Mes collègues et moi avons travaillé pendant longtemps sur la couverture d'une entreprise en particulier, ses investissements financiers et ses obligations", raconte Zuckerman. "Puis Roch Hachana (Nouvel-an) suivi d'un Shabbat est arrivé, et pendant cette période je ne suis pas venu au bureau. Quelques jours plus tard, j'ai ouvert un journal, et le premier article que j'ai lu annonçait que le PDG de cette société avait brusquement démissionné. C'était vraiment sensationnel, et si ce n'était les jours de Roch Hachana c'est moi qui aurais publié l'information. À ce moment, je me suis senti très mal, comme si j'avais déçu mon équipe. Mais eux ont pris la chose à la légère sans dramatiser. Cela m'a conduit à une conclusion toute personnelle : quelque sera l'actualité et les surprises qu'elle portera, rien ne me fera bouger de mon shabbat. Finalement, les gens apprécient celui qui a des valeurs profondes et immuables."
      [pic] => 22730 [date_created] => 2016-09-05 20:46:00 [writer] => 55815 [tags] => |56531||56532||56104||56533| [categories] => 50992 [category] => 50992 [classname] => [is_active] => 1 [is_woman] => 0 [override_link] => [pic_text] => [seo_title] => [item_type] => article [item_id] => 192370 [list_type] => mgz_cat [list_id] => 50992 [link] => https://www.hidabroot.fr/article/192370/Il-a-rateacute-le-scoop-de-sa-vie-pour-respecter-le-shabbat [top_section] => 50992 ) 1
    | 05.09.16 | 20:46
    Il a raté le scoop de sa vie pour respecter le shabbat
    Une nouvelle vidéo publiée récemment sur YouTube, ouvre une fenêtre sur le travail du journaliste juif pratiquant Gregory Zuckerman employé du quotidien "The Wall Street Journal", et met en lumière l'activité d'un juif respectueux des mitsvoth dans un média américain. L'une des questions les plus intéressantes abordées était de savoir comment il parvenait à couvrir chaque jour la situation financière mondiale, et surtout comment il s'y prenait pour décrypter l'actualité monétaire le vendredi avec l'entrée du shabbat.
    Zuckerman ne cache pas que par le passé, c'était très difficile pour lui. "Mais quand il n'y a pas de choix, vos collègues comprennent la situation et vous respectent" dit-il. Se référant au fait qu'il travaillait dans un journal loin de toute pratique juive, il ajoute que précisément parce qu'il était un Juif pratiquant, il gagnait la sympathie et l'admiration de ses collègues.

    "Mes collègues et moi avons travaillé pendant longtemps sur la couverture d'une entreprise en particulier, ses investissements financiers et ses obligations", raconte Zuckerman. "Puis Roch Hachana (Nouvel-an) suivi d'un Shabbat est arrivé, et pendant cette période je ne suis pas venu au bureau. Quelques jours plus tard, j'ai ouvert un journal, et le premier article que j'ai lu annonçait que le PDG de cette société avait brusquement démissionné. C'était vraiment sensationnel, et si ce n'était les jours de Roch Hachana c'est moi qui aurais publié l'information. À ce moment, je me suis senti très mal, comme si j'avais déçu mon équipe. Mais eux ont pris la chose à la légère sans dramatiser. Cela m'a conduit à une conclusion toute personnelle : quelque sera l'actualité et les surprises qu'elle portera, rien ne me fera bouger de mon shabbat. Finalement, les gens apprécient celui qui a des valeurs profondes et immuables."
     
    Les plus lus
    https://www.hidabroot.fr/