Famille

    « Etes-vous un paquet de bonbons, où chacun peut piocher et goûter ? »

    J'ai rencontré un jour une jeune fille qui n'acceptait pas mon discours. Elle m'a juré les yeux brillants que chez elle c'était différent et qu'ils s'étaient même promis de se marier. Six mois plus tard, elle a eu le courage de me trouver pour reconnaître qu'elle s'était rendue compte trop tard que je ne racontais pas des fables." Penina Lechem dans une colonne unique sur les tentations et les amours de jeunesse

    testArray ( [type] => article [id] => 192343 [title] => « Etes-vous un paquet de bonbons, où chacun peut piocher et goûter ? » [short_text] => J'ai rencontré un jour une jeune fille qui n'acceptait pas mon discours. Elle m'a juré les yeux brillants que chez elle c'était différent et qu'ils s'étaient même promis de se marier. Six mois plus tard, elle a eu le courage de me trouver pour reconnaître qu'elle s'était rendue compte trop tard que je ne racontais pas des fables." Penina Lechem dans une colonne unique sur les tentations et les amours de jeunesse [content] => Vous devez savoir la vérité. Les beaux compliments qu’il fait sont f-a-u-x !
    Ces belles paroles, il les dit pour obtenir ce qu'il désire. Il sait qu'avec ces mots, il va vous acheter. Il n'a pas de réel sentiment pour vous, une fois que vous l'aurez satisfait, vous ne l'intéresserez plus. Il n'aura aucun problème à vous jeter et à passer à une autre !
    C'est l'amour d'un jour, un sentiment imaginaire d'une passion qui ne vivra pas longtemps et qui risque de vous laisser blessée et vidée.
    Tant que satisferez ses pulsions, il aura un réservoir plein de jolis mots émouvants. Quand il en aura marre, il vous abandonnera et cherchera une autre stimulation.
    Combien de filles fondent quand il déclare avec fougue "je n'aime que toi" ou "il n’y a que toi que je veux". Cessez de vous émouvoir ! Il n y a aucune valeur à ces discours, il a dit la même chose à celle qui vous a précédé et le répètera à celle qui vous succédera.
    Même si au moment où il le dit, il le pense vraiment, l'expérience montre que cela ne tiendra pas à l'épreuve de la réalité.
    Ne vous méprenez pas ! Ne le croyez pas ! Ne vous vendez pas en abandonnant votre honneur pour quelques flatteries !
    Réservez-vous à l'homme qui prouvera son engagement et son sérieux sous la 'houppa, c'est là-bas que vos âmes se retrouveront, c'est lui et personne d'autre ! 

    « Je ne suis pas née hier! »

    Etes-vous un paquet de bonbons, où chacun peut piocher et goûter ?
    Avez-vous la même valeur qu'une tomate jetée sur un étal du marché où chaque passant peut vérifier sa fraîcheur en la comparant à ses collègues pour finalement acheter ses légumes chez le commerçant voisin ?
    Si vous avez un frère adolescent, vous le savez mieux que moi car souvent à cet âge, les frères se prennent pour les "parrains" de leurs sœurs (même si elle ne l'a pas demandé).
    Il examine de près les garçons que vous fréquentez et ce qu'ils recherchent, et lorsque quelqu'un ne lui plaît pas il est le premier à s'inquiéter/s'énerver/s'opposer fermement en écartant éventuellement par la force le mauvais prétendant.
    Pourquoi ? Qu'est-ce qui le dérange tant ?
    Il y a trois raisons qui poussent votre frère à agir ainsi :
    1. C'est un garçon
    2. Il a environ le même âge que le soupirant.
    3. Il ressemble dans son style à ce garçon.
    Cela veut dire...qu'il réfléchit de la même façon !
    Il comprend mieux que tout le monde le regard grossier et irrévérencieux loin de votre juste valeur.
    Personne ne peut comme lui identifier les pensées qui traversent la tête du prétendant.
    Il lui est insupportable de voir que ces phénomènes qu'il connaît trop bien et en mal, aient pour acteur... sa propre sœur !
    Un juif non pratiquant m'a dit "je souhaite vraiment avoir un enfant, mais j'espère que ce sera un garçon, parce qu'aujourd'hui on traite les filles comme de la poubelle..." (Pardonnez l'expression originale).
    Lorsque vous êtes admirée, contemplée, ce n'est pas une forme d'honneur. C'est une expression de mépris qui vous réduit à un objet, tout au plus à un corps. Rien de mieux.
    Celle qui connait sa véritable grandeur ne craint pas qu'on renonce à elle.
    Lorsque vous rencontrerez des filles qui ont cédé, ayez pitié d'elles ! Elles sont naïves et certains les exploitent.
    Je souffre chaque fois que je rencontre une fille d'Israël dans cette situation.
    Elles affirmaient toutes avec fierté "moi c'est différent" mais, la fin de l'histoire est toujours la même. Au début, il disait "je t’aime", "tu es tout pour moi". Il l'a achetée, et elle, pensait que chez elle c'était une "vraie histoire d'amour". Elle s'est donnée de tout son cœur jusqu'à qu'il en a eu marre, qu'il a voulu changer, qu'il l'a jetée et l'a laissée vidée de ses forces.

    Le saviez-vous ?

    Une enquête menée parmi les "couples" non mariés, a montré que dans la grande majorité des cas, la relation était perçue différemment par le garçon et la fille. Elle pensait que c'était une relation sérieuse et durable tandis que lui reconnaissait qu'il ne voulait qu'une liaison éphémère.
    J'ai rencontré un jour une jeune fille qui n'acceptait pas mon discours. Elle m'a juré les yeux brillants que chez elle c'était différent et qu'ils s'étaient même promis de se marier. Six mois plus tard, elle a eu le courage de me trouver pour reconnaître qu'elle s'était rendue compte trop tard que je ne racontais pas des fables."
    Il y a aussi des cas extrêmes, et plus douloureux, comme cette jeune fille qui s'est renforcée dans sa pratique des commandements. Elle a alors demandé à son petit ami (celui pour qui "elle était tout") de la quitter. Sa réponse ? "Aucun problème, immédiatement nous rompons. De toute façon, à part toi j'en ai encore trois..."
    Ce ne sont pas des histoires imaginaires. Ces histoires existent.
    Une jeune fille est blessée lorsque cela lui arrive pour la première fois, cassée la deuxième fois et la troisième fois, elle perd toute confiance. Elle se mariera sans pouvoir croire à un amour véritable et détaché d'intérêts en craignant toujours d'être à nouveau déçue et abandonnée.
    Vous avez un sens naturel de la loyauté. Il n'en a pas. Il fonctionne par pulsions et recherche des jouissances momentanées.
    Vous développez une relation de dépendance, ce qui fera que vous vous sentirez perdue. Lui n'est pas lié émotionnellement.
    Lorsque votre liaison sera rompue, vous nagerez dans un torrent de larmes, et lui... à la mer...

    Le saviez-vous ?

    Le judaïsme protège les droits de la femme et empêche toute exploitation ou atteinte. Ce n'est qu'après l'engagement formel du conjoint sous la 'houppa que sa nouvelle épouse lui sera autorisée.
    L’engagement de la ketouba auquel chaque époux juif se soumet dit,  « Nous témoignons que Untel a dit à Untelle sois ma femme conformément à la loi de Moïse et d’Israël, et moi avec l’aide du Ciel, je travaillerai pour toi, je t’honorerai, te nourrirai, t’entretiendrai, t’alimenterai et te vêtirai conformément aux obligations imposées aux maris juifs... »

    Cette rubrique, est tirée du livre "Amour d'un jour" (hébreu) qui sera publié prochainement. Vous voulez acheter le livre ? Envoyer un mail à l'auteur, Penina Lechem à l'adresse etgar@htv.co.il
      [pic] => 22703 [date_created] => 2016-09-03 22:52:00 [writer] => 55793 [tags] => |56498||56187||56466||56500||54666||56502| [categories] => 50993,50995,51000 [category] => 50993 [classname] => [is_active] => 1 [is_woman] => 0 [override_link] => [pic_text] => [seo_title] => [item_type] => article [item_id] => 192343 [list_type] => mgz_cat [list_id] => 50993 [link] => https://www.hidabroot.fr/article/192343/«-Etes-vous-un-paquet-de-bonbons-ougrave-chacun-peut-piocher-et-goucircter--» [top_section] => 50993 ) 1
    | 03.09.16 | 22:52
    « Etes-vous un paquet de bonbons, où chacun peut piocher et goûter ? »
    Vous devez savoir la vérité. Les beaux compliments qu’il fait sont f-a-u-x !
    Ces belles paroles, il les dit pour obtenir ce qu'il désire. Il sait qu'avec ces mots, il va vous acheter. Il n'a pas de réel sentiment pour vous, une fois que vous l'aurez satisfait, vous ne l'intéresserez plus. Il n'aura aucun problème à vous jeter et à passer à une autre !
    C'est l'amour d'un jour, un sentiment imaginaire d'une passion qui ne vivra pas longtemps et qui risque de vous laisser blessée et vidée.
    Tant que satisferez ses pulsions, il aura un réservoir plein de jolis mots émouvants. Quand il en aura marre, il vous abandonnera et cherchera une autre stimulation.
    Combien de filles fondent quand il déclare avec fougue "je n'aime que toi" ou "il n’y a que toi que je veux". Cessez de vous émouvoir ! Il n y a aucune valeur à ces discours, il a dit la même chose à celle qui vous a précédé et le répètera à celle qui vous succédera.
    Même si au moment où il le dit, il le pense vraiment, l'expérience montre que cela ne tiendra pas à l'épreuve de la réalité.
    Ne vous méprenez pas ! Ne le croyez pas ! Ne vous vendez pas en abandonnant votre honneur pour quelques flatteries !
    Réservez-vous à l'homme qui prouvera son engagement et son sérieux sous la 'houppa, c'est là-bas que vos âmes se retrouveront, c'est lui et personne d'autre ! 

    « Je ne suis pas née hier! »

    Etes-vous un paquet de bonbons, où chacun peut piocher et goûter ?
    Avez-vous la même valeur qu'une tomate jetée sur un étal du marché où chaque passant peut vérifier sa fraîcheur en la comparant à ses collègues pour finalement acheter ses légumes chez le commerçant voisin ?
    Si vous avez un frère adolescent, vous le savez mieux que moi car souvent à cet âge, les frères se prennent pour les "parrains" de leurs sœurs (même si elle ne l'a pas demandé).
    Il examine de près les garçons que vous fréquentez et ce qu'ils recherchent, et lorsque quelqu'un ne lui plaît pas il est le premier à s'inquiéter/s'énerver/s'opposer fermement en écartant éventuellement par la force le mauvais prétendant.
    Pourquoi ? Qu'est-ce qui le dérange tant ?
    Il y a trois raisons qui poussent votre frère à agir ainsi :
    1. C'est un garçon
    2. Il a environ le même âge que le soupirant.
    3. Il ressemble dans son style à ce garçon.
    Cela veut dire...qu'il réfléchit de la même façon !
    Il comprend mieux que tout le monde le regard grossier et irrévérencieux loin de votre juste valeur.
    Personne ne peut comme lui identifier les pensées qui traversent la tête du prétendant.
    Il lui est insupportable de voir que ces phénomènes qu'il connaît trop bien et en mal, aient pour acteur... sa propre sœur !
    Un juif non pratiquant m'a dit "je souhaite vraiment avoir un enfant, mais j'espère que ce sera un garçon, parce qu'aujourd'hui on traite les filles comme de la poubelle..." (Pardonnez l'expression originale).
    Lorsque vous êtes admirée, contemplée, ce n'est pas une forme d'honneur. C'est une expression de mépris qui vous réduit à un objet, tout au plus à un corps. Rien de mieux.
    Celle qui connait sa véritable grandeur ne craint pas qu'on renonce à elle.
    Lorsque vous rencontrerez des filles qui ont cédé, ayez pitié d'elles ! Elles sont naïves et certains les exploitent.
    Je souffre chaque fois que je rencontre une fille d'Israël dans cette situation.
    Elles affirmaient toutes avec fierté "moi c'est différent" mais, la fin de l'histoire est toujours la même. Au début, il disait "je t’aime", "tu es tout pour moi". Il l'a achetée, et elle, pensait que chez elle c'était une "vraie histoire d'amour". Elle s'est donnée de tout son cœur jusqu'à qu'il en a eu marre, qu'il a voulu changer, qu'il l'a jetée et l'a laissée vidée de ses forces.

    Le saviez-vous ?

    Une enquête menée parmi les "couples" non mariés, a montré que dans la grande majorité des cas, la relation était perçue différemment par le garçon et la fille. Elle pensait que c'était une relation sérieuse et durable tandis que lui reconnaissait qu'il ne voulait qu'une liaison éphémère.
    J'ai rencontré un jour une jeune fille qui n'acceptait pas mon discours. Elle m'a juré les yeux brillants que chez elle c'était différent et qu'ils s'étaient même promis de se marier. Six mois plus tard, elle a eu le courage de me trouver pour reconnaître qu'elle s'était rendue compte trop tard que je ne racontais pas des fables."
    Il y a aussi des cas extrêmes, et plus douloureux, comme cette jeune fille qui s'est renforcée dans sa pratique des commandements. Elle a alors demandé à son petit ami (celui pour qui "elle était tout") de la quitter. Sa réponse ? "Aucun problème, immédiatement nous rompons. De toute façon, à part toi j'en ai encore trois..."
    Ce ne sont pas des histoires imaginaires. Ces histoires existent.
    Une jeune fille est blessée lorsque cela lui arrive pour la première fois, cassée la deuxième fois et la troisième fois, elle perd toute confiance. Elle se mariera sans pouvoir croire à un amour véritable et détaché d'intérêts en craignant toujours d'être à nouveau déçue et abandonnée.
    Vous avez un sens naturel de la loyauté. Il n'en a pas. Il fonctionne par pulsions et recherche des jouissances momentanées.
    Vous développez une relation de dépendance, ce qui fera que vous vous sentirez perdue. Lui n'est pas lié émotionnellement.
    Lorsque votre liaison sera rompue, vous nagerez dans un torrent de larmes, et lui... à la mer...

    Le saviez-vous ?

    Le judaïsme protège les droits de la femme et empêche toute exploitation ou atteinte. Ce n'est qu'après l'engagement formel du conjoint sous la 'houppa que sa nouvelle épouse lui sera autorisée.
    L’engagement de la ketouba auquel chaque époux juif se soumet dit,  « Nous témoignons que Untel a dit à Untelle sois ma femme conformément à la loi de Moïse et d’Israël, et moi avec l’aide du Ciel, je travaillerai pour toi, je t’honorerai, te nourrirai, t’entretiendrai, t’alimenterai et te vêtirai conformément aux obligations imposées aux maris juifs... »

    Cette rubrique, est tirée du livre "Amour d'un jour" (hébreu) qui sera publié prochainement. Vous voulez acheter le livre ? Envoyer un mail à l'auteur, Penina Lechem à l'adresse etgar@htv.co.il
     
    Les plus lus
    https://www.hidabroot.fr/