Les plus lus

Une Torah de vie

Torah et géométrie

Nouvelle étude - Les Étudiants orthodoxes savent mieux résoudre des problèmes de mathématiques et de géométrie que les laïques

| 30.07.15 | 03:10
Torah et géométrie

Les chercheurs ont testé la capacité de 240 étudiants, 120 élèves laïques et 120 orthodoxes, à résoudre des problèmes de géométrie et de mathématiques.  Parmi les étudiants orthodoxes, le pourcentage de bonnes réponses s’est avéré beaucoup plus élevé que chez les étudiants laïques. Pourtant dans les écoles religieuses, ces domaines sont très peu étudiés. La méthode d'enseignement orthodoxe est-elle supérieure à la méthode d'enseignement laïque? L’apprentissage dans une école classique porte-il atteinte à la capacité des élèves à résoudre des problèmes ? Cette question a troublé un certain nombre d'universitaires de renom, qui ont décidé d'examiner la chose en confrontant des élèves du secondaire de différents secteurs de l'éducation, orthodoxes et laïques, sur une idée fausse concernant la relation entre le périmètre et la superficie. Les chercheurs ont étudié le comportement de 240 élèves répartis à parts égales entre les écoles laïques et les institutions orthodoxes. L’étude a porté sur deux tranches d’âge ; 12 à 14 ans, et 16 à 18 ans. Ils ont obtenu une rare coopération des chefs de Yeshivas qui a permis d'examiner de près les méthodes d'enseignement des Yechivot.

Crédit photo : Rickson Davi Liebano / Shutterstock.com

Les étudiants laïques apprennent la géométrie et les mathématiques dans le cadre de leurs cours de science. Les écoles publiques privilégient l’enseignement de ces matières. Au cours des 12 années d'études sont consacrées à l'étude des mathématiques et de la géométrie environ 1500 heures. Bien que les élèves laïques aient montré une plus grande connaissance théorique, les étudiants orthodoxes dans le groupe d'âge de 12 à 14 ans ont largement mieux résolus les problèmes qui leur étaient présentés. Parmi les élèves âgés de 16 à 18 ans, les chercheurs ont constaté une étonnante égalité au niveau des réponses obtenus. Seul chez les lycéens présentant cinq unités au bac de mathématiques le pourcentage de réponses correctes était supérieur à celui des élèves religieux. Les chercheurs ont également mis au point deux méthodes pour aider les élèves à surmonter les obstacles rencontrés. Contrairement aux attentes des chercheurs laïques, les deux groupes d’étudiants ont progressé dans la même mesure. Les lycéens n’ont pas su tirer profit de leurs connaissances préalables.

Conclusions de cette étude: «Les élèves des écoles, à la fois les jeunes et les plus âgés, ont montré un avantage sur les orthodoxes, au niveau des théories et des formules. Cependant, cette connaissance ne les a pas aidés pour faire face au problème soumis. Là, les jeunes harédims (orthodoxes) ont développé un avantage sur leurs pairs laïques ». La question demandée était la suivante: «une même surface a-t-elle toujours le même périmètre ?»  «Les écoles publiques doivent apprendre des écoles orthodoxes», ont conclu les auteurs de cette recherche, les résultats sont en effet surprenants. L'étude de la Torah peut-elle amener les élèves à de meilleurs résultats dans la résolution de problèmes de géométrie, que l’apprentissage classique? Comment est-il possible que les étudiants de Yechiva sachent mieux résoudre les problèmes que les élèves des écoles publiques ? Les conclusions de cette étude de comparaison des systèmes éducatifs orthodoxes et laïques, ont étés publiés dans la revue «Magamot». Les auteurs sont le professeur Iris Levine, école d’éducation de l'Université de Tel Aviv, Yoram Dumbo du ministère de l'Éducation et le professeur Robert Siegler, psychologue du développement et de l'éducation à l'Université de Pittsburgh en Pennsylvanie et grand expert dans le domaine du développement cognitif.

Les trois chercheurs ont décidé de mener cette étude, la première du genre dans le pays, il y’a quatre ans après un essai pour tester le thème des « idées fausses » - les erreurs les plus fréquentes dans la résolution de problèmes communs à de nombreuses personnes. Professeur Iris Levin: «Depuis que nous savons que l’école n’aide pas les élèves à surmonter les difficultés dans la résolution de ce genre de problèmes, nous nous sommes demandé ce qui arriverait si l'on comparait les résultats des élèves avec ceux étudiant dans un système différent. C’est ce qui nous a décidé à faire cette étude ».