Science et Torah

Un serpent femelle a pondu des œufs sans mâle, étonnant ?

Le cas a été publié dans la revue de la Linnean Society, mais déjà du temps des sages du talmud le phénomène était connu

| 15.04.15 | 18:32
Un serpent femelle a pondu des œufs sans mâle, étonnant ?

Un python atteint une longueur de 6 mètres, et est considéré comme le serpent le plus long sur terre. Un python femelle détenu actuellement au zoo de Lowell, Kentucky, a pondu 61 œufs sans mâle en 2012. Le cas a été publié en Juillet dans la revue de la Linnean Society qui a confirmé le rapport en se basant sur des prélèvements de la peau du serpent. C'est le premier cas de parthénogenèse découvert chez les serpents. Il est fascinant de découvrir ce que nos sages ont dit sur le serpent il y'a près de deux mille ans dans le Talmud: « En combien de temps le serpent conçoit et donne naissance ? Il a répondu (Rabbi Yehoshua) en sept années, et ce sans mâle » (Traité Bekhorot, 8a). Ce passage a soulevé de nombreuses interrogations puisqu'il parait impossible qu'un serpent ponde ses œufs seulement tous les sept ans et en plus sans mâle.

Jweish Videos English

Mais il s'avère que la conception chez le serpent est inhabituelle dans le monde animal. Il est rapporté dans le livre « Les plantes et les animaux de la Terre d'Israël » (Volume 5, page 30) sur les serpents: « Dans de nombreuses espèces de reptiles, il y'a chez la femelle un stockage de semences, qui permet la fécondation au bout de plusieurs mois, voire des années, après l'accouplement ». Rav Yaakov Segal écrit «Ce phénomène a été découvert dans plusieurs types de serpents, et les zoologistes continuent à étudier le phénomène ces dernières années.

De nombreuses nouvelles découvertes dans ce domaine sont probables. Il semble que le passage du Talmud parle du délai maximal après lequel une femelle serpent peut pondre ses œufs. C'est l'intention du verset dans la malédiction du serpent (Genèse 3, 14) qui peut ainsi empêcher toute conception avec d'autres serpents pour des raisons de «convenance personnelle» en portant préjudice au développement de son espèce.

Comment nos sages savaient cette chose que les zoologistes viennent de découvrir ? Matière à réflexion.

Les plus lus
https://www.hidabroot.fr/