Les plus lus

Vaychla'h

Vaychla’h. Qui voit dès le début les événements futurs

A la veille de la seconde guerre mondiale, le ‘Hafets ‘Haim voyait l’avenir bien sombre se profiler à l’horizon

Vaychla’h. Qui voit dès le début les événements futurs

« Si ‘Essav attaque l'un des camps et le met en pièces, le camp restant sera épargné » (Béréchit 32,9)

C’est au travers de ce verset que le ‘Hafets ‘Hayim décèle l’annonce de l’éternité du peuple juif. Lorsqu’en 1933, Hitler yima’h chémo fut nommé chancelier d’Allemagne et commença à exercer son pouvoir despotique, l’un des Rabbanim de la yéchiva de Radin demanda au grand maître, le ‘Hafets ‘Hayim, ce qu’il adviendrait des Juifs d’Europe de l’Est si le dictateur parvenait à réaliser ses desseins d’extermination de la race juive.

Lors de cette conversation, le ‘Hafets ‘Hayim confia que jamais cet homme ne parviendrait à anéantir la nation juive, de la même façon que de tout temps et sur toutes nos terres d’exil, nul n’a réussi à mettre un terme à notre existence sur terre. Cette assurance, expliqua le maître, se dégage d’un verset explicite de la Tora : « Si ‘Essav attaque l'un des camps et le met en pièces, le camp restant sera épargné. »Saisissant à travers ces mots l’imminence du danger, le Rav continua à questionner le grand maître à ce sujet : « Si le despote allemand devait mettre son projet à exécution, enchaîna-t-il, et qu’il parvenait à  exterminer les Juifs d’Europe, quel serait le “camp épargné“ ? »

La réponse du maître ne se fit pas attendre : « La réponse à cette question se trouve également dans les paroles des prophètes : “Mais sur le mont Tsion un rescapé subsistera et il sera une chose sainte“ (‘Ovadia 1,17). » Le Rav de la yéchiva prit congé du maître, effaré par l’annonce de la destruction du judaïsme européen et confiant dans l’avenir du peuple juif en Terre Sainte.
« Tu décrètes par ta bouche et cela s’accomplit » (Job 22,28) – les paroles quasi prophétiques du ‘Hafets ‘Hayim, formulées une dizaine d’années avant que ne commence le processus de la « solution finale », se réalisèrent à la lettre : c’est précisément au moment où l’armée allemande approcha du rivage d’Erets Israël que débuta la chute du régime nazi. Que par cette promesse, le Saint béni soit-Il continue à protéger les frontières de notre Terre et nous envoie rapidement la Rédemption finale !

Cet extrait est issu du livre « Lekah Tov » publié par les éditions Jérusalem Publications, avec leur aimable autorisation. Tous droits réservés.