SégoulotSouccot

4 espèces : 5 Segoulot à ne pas manquer

A l’approche de Souccot, (re)découvrez cinq Ségoulot extraordinaires transmises par nos Sages, et qui ont de nombreuses fois prouvé leur efficacité.

Chacune des fêtes de notre calendrier porte en elle un potentiel extraordinaire, et constituent un moment propice pour obtenir des délivrances dans différents domaines. Voici donc 5 Segoulot extraordinaires relatives aux quatre espèces.

1 – Pour obtenir protection et réussite dans tous les domaines

L’une des plus célèbres Segoulot pour obtenir toutes sortes de délivrances consiste à attacher le Loulav (palme de dattier), avec le Hadass (branches de myrthe), et la Arava (branches de saule), et de suspendre l’ensemble à l’entrée de notre chambre à coucher jusqu’à la veille de Pessa’h. Au moment où l’on brûle le ‘Hamets, on jettera également dans le feu le bouquet composé du Loulav, et des branches de Hadass et de Arava.

2 – Pour soigner un cœur malade

Nos Sages enseignent que quiconque souffre de problèmes cardiaques devrait consommer du Etrog après la fête de Souccot.

3 – Pour éviter souffrance et détresse

Le fait de conserver les quatre espèces ayant été utilisées durant la fête de Souccot (et donc de ne pas les brûler la veille de Pessa’h comme de coutume), est une grande Segoula pour être protégé et éviter toutes sortes de souffrances et de difficultés.

4 – Pour un accouchement facile

Le fait de casser avec les dents le Pitom du Etrog ayant servi durant Souccot, est une Segoula avérée pour accoucher facilement. Les femmes enceintes procéderont ainsi dès la sortie de Sim’hat Torah. (Attention, il sera interdit de le faire durant Hochana Raba ou Sim’hat Torah).

5 – Pour avoir des enfants

L’une des Segoulot les plus célèbres pour avoir des enfants, figure dans le livre « Hazon Ovadia » (Rav Ovadia Yossef). Les femmes désireuses de concevoir goûteront le Etrog ayant été utilisé pour accomplir la Mitsva des quatre espèces. Il existe d’ailleurs une coutume répandue qui consiste à réaliser une confiture d’Etrog à partir de cédrats ayant été utilisés durant Souccot, et à en distribuer à toutes les femmes qui veulent être enceintes.

Le Maran Rav Ovadia Yossef écrit : « Je connais de nombreux récits qui prouvent la puissance de cette Segoula. Les membres de ma famille ont distribué des morceaux du Etrog sur lequel j’avais prononcé la bénédiction des quatre espèces, à des femmes n’ayant toujours pas d’enfants après 8 ans et 12 ans de mariage. Cette même année, toutes deux eurent de beaux enfants en bonne santé. »

Chira Davouch (Cohen), adaptation française Elisheva Uzan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer